Journée de la Gentillesse avec Psychologies Magazine

A l’occasion de la future Journée de la Gentillesse, le 13 novembre prochain, Psychologies Magazine propose aux professeurs des écoles quelques idées toutes simples pour mettre un peu de douceur et de gentillesse dans la classe. Testées avec succès dans plusieurs écoles, elles s’intègrent dans les programmes pédagogiques officiels.

Journée de la Gentillesse avec Psychologies Magazine

1. La Fleur des compliments

Le professeur distribue à chaque élève un dessin représentant une marguerite. Au centre de la fleur, l’enfant écrit son prénom. La feuille circule ensuite dans la classe. Les autres élèves inscrivent dans chaque pétale une qualité de l’enfant : il est adroit, il est drôle, il joue bien au foot, il sait garder un secret(1)… Chacun récupère ensuite sa fleur et la lit à haute voix, s’il le souhaite. L’enseignant peut aussi afficher toutes fleurs sur le « mur de la gentillesse ».

2. L’Ami secret

Chaque élève tire au hasard le prénom d’un autre et l’observe en cachette pendant une journée. En fin d’après-midi, il lui offre un dessin, un poème ou une chanson, où il exprime les qualités qu’il a remarquées chez lui. Ce « cadeau » peut rester secret, il peut aussi être montré au reste de la classe, chanté ou lu à haute voix.

3. L’Ange gardien

Pendant une semaine, chaque élève s’engage à être gentil avec un autre, dont il aura pioché le nom. Il prend de ses nouvelles, l’invite à jouer avec lui, le défend en cas de besoin… Le « protégé » ne connaît pas son ange-gardien. Le vendredi, le professeur demande aux enfants d’exprimer leurs sentiments : était-il facile ou difficile d’être gentil ? Etait-ce une source de fierté ? Ont-ils reconnu leur ange gardien ? Sont-ils devenus amis ?

4. Le jeu de rôle

Les élèves lisent le texte de Max et Lili veulent gagner le prix de la gentillesse, et commentent les passages où la gentillesse est mise en défaut : celle où Lili triche pour préparer le petit-déjeuner, celle où elle fait croire à Max que les filles préfèrent les durs… Puis ils rejouent la scène, la prolongent, la transforment. Ils peuvent aussi interpréter une scène inspirée de la vie réelle : un enfant a été exclu d’un groupe parce qu’il jouait mal, un autre a été la cible de moqueries, parce qu’il était bon élève…

5. Les défis de la gentillesse

L’enseignant propose à chaque élève de choisir un « défi gentillesse », si possible, dans un domaine où il estime avoir besoin de s’améliorer : résister aux provocations, ranger la classe, aider son voisin à faire un exercice(1)… Il leur distribue un dessin qui représente un thermomètre. L’enfant fixe d’un trait rouge son niveau en début de journée, puis d’un trait bleu le niveau atteint en fin d’après-midi. A-t-il ou non progressé ? Un tour de table permet à chacun de s’exprimer sur son défi.

6. Autour des images

A la maison, les enfants découpent des photos de magazines qui évoquent la gentillesse ou la méchanceté : concert de solidarité pour les victimes d’un tremblement de terre, publicité pour une association humanitaire, personne âgée isolée… Le lendemain, chacun décrit et commente son image, et justifie son choix. L’enseignant peut réunir ces images dans un classeur en les regroupant par thème (domaine d’intervention, proximité géographique…) ou les afficher. Il en profite pour initier ses élèves à l’analyse d’images : à qui s’adresse la photo ? Quel est son objectif ? Quelles sont les techniques utilisées ?

7. Les mots qui touchent

A l’aide d’un dictionnaire, les élèves travaillent sur le vocabulaire de la gentillesse : définition, synonymes, antonymes… Le professeur leur demande de construire des phrases avec ces mots. Certaines notions sont très proches : bienveillance, générosité, coopération… Quelles sont les différences ? Les classer par ordre d’importance. Cet atelier est plus efficace en petits groupes, pour que chacun puisse s’exprimer. Un volontaire se charge de la synthèse ensuite.

8. Autour de la littérature jeunesse

Le professeur choisit un album ou un roman sur le thème de la gentillesse (voir liste sur psychologies.com). Il le lit avec ses élèves, le commente avec eux, puis leur demande de repérer les passages qui expriment le mieux la gentillesse (avec quels mots ?), d’analyser le comportement des personnages, d’imaginer ce qu’ils auraient fait à leur place. Il leur propose ensuite de raconter un épisode de leur vie où eux-mêmes ont fait preuve de gentillesse, puis un autre où quelqu’un s’est montré gentil avec eux. Qu’ont-ils ressenti ?

9. Le débat philo

L’enseignant organise un débat sur le thème de la gentillesse. Qu’est-ce que la gentillesse pour les enfants, pour les adultes ? Pourquoi est-ce une qualité importante ? Quels sont les obstacles qui l’empêchent de se manifester ? Que pourrait-on imaginer pour l’instaurer à l’école, à la maison ? Les enfants s’expriment à tour de rôle, uniquement s’ils le désirent, sans s’interrompre ni se critiquer, un bâton de parole à la main. Un « maître du temps » veille au respect du temps de parole, un « scribe » fait la synthèse du débat.

10. La Charte de la gentillesse

A l’issue de ce débat, les élèves peuvent rédiger une Charte de la gentillesse que chacun – enseignant compris – s’engage à respecter : être poli et patient avec les autres, rendre service au moins une fois par jour à quelqu’un, aider les élèves en difficulté… Cette Charte est différente du règlement de classe. Elle peut prévoir des récompenses pour les plus gentils.

Retrouvez d’autres idées d’ateliers gentillesse sur le site psychologies.com !

(1) Pour les aider, l’enseignant aura rédigé avec eux auparavant une liste, dont ils pourront s’inspirer.

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous