Le dispositif « plus de maîtres que de classes » va encore diminuer

Jean-Michel Blanquer compte continuer à réduire ce dispositif pour dédoubler les CP en REP et les CE1 en REP+.

Ecole © Chlorophylle

Ecole © Chlorophylle

Mis en place pendant le quinquennat de François Hollande, le dispositif « plus de maîtres que de classes » consiste à affecter dans une école primaire un enseignant supplémentaire. Cette dotation, qui doit permettre la mise en place de nouvelles organisations pédagogiques, a été amoindrie en 2017 par le projet de dédoubler les classes de CP dans les zones d’éducation prioritaire renforcée (REP+) .

À la rentrée 2018, ce sera au tour des classes de CE1 de REP+ et des classes de CP de REP d’être dédoublées, d’où le risque de voir le dispositif «plus de maîtres que de classes» s’éteindre. Dans les faits, à la rentrée 2017, le nombre de postes d’enseignants surnuméraires avait diminué de 30 %, soit environ 500 des 1 537 postes en réserve utilisés pour ces remplacements.

Interrogé à propos de cette diminution le 6 juin 2018, par la Commission d’évaluation des politiques publiques de l’Assemblée, Jean-Michel Blanquer a ainsi déclaré : « Il y en aura moins à la rentrée prochaine mais le dispositif n’est pas supprimé. »

« En donner moins à ceux qui n’ont déjà pas beaucoup »

Questionné par un député sur le risque de concentrer les moyens au primaire sur le dédoublement en éducation prioritaire en défaveur des zones rurales, le ministre se dit « volontariste » pour élaborer une « stratégie de rebond pour la ruralité ».

Sur les 3 800 créations de postes pour la rentrée 2018, « 3 000 à 3 200 » sont consacrées au dédoublement en éducation prioritaire. « Il reste 600 à 800 postes pour d’autres politiques publiques dont le soutien à la ruralité », assure le ministre de l’Éducation Nationale.

La politique visant à mettre tous les moyens du ministère sur les zones prioritaires au détriment des autres, est encore loin de faire l’unanimité au Snuipp-FSU. « Bien sûr il faut toujours donner le plus à ceux qui ont le moins, mais sans en donner moins à ceux qui n’ont déjà pas beaucoup », assurait à Vousnousils.fr, Francette Popineau, secrétaire générale du Snuipp-FSU.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous