Apprentissage de l’écrit : le Cnesco conseille de former tous les enseignants

Selon le Cnesco, beaucoup de collégiens ont des difficultés à rédiger un texte. Il préconise de renforcer l'apprentissage de l'écrit et de la langue dès la maternelle, mais aussi de former tous les profs, surtout en primaire.

Enfant en train d'écrire / Pxhere / Licence CC

Enfant en train d’écrire / Pxhere / Licence CC

Face à une feuille blanche et un sujet qui nécessite de produire des textes, 40 % des élèves de 3e “ne rédigent pas ou très peu”, selon la dernière étude du Cnesco (Conseil national d’évaluation du système scolaire), intitulée “Écrire et rédiger”.

“Les élèves français rédigent peu et avec difficulté. Par rapport aux élèves européens, ils sont aussi moins nombreux à rédiger des réponses à des questions”, constate le Conseil. Selon l’étude, des difficultés de plus en plus importantes se font également jour lors d’exercices de dictée.

Pour autant, les difficultés des élèves français ne peuvent être imputées à un manque de pratiques d’écriture. Ainsi, écrit le Cnesco, “elles sont fréquentes chez les jeunes via le numérique : par exemple, 77 % des 12-17 ans écrivent sur les réseaux sociaux”. S’ils rechignent à argumenter et à rédiger, c’est parce qu’ils maîtrisent mal la langue française (grammaire, orthographe), mais aussi parce que dans les classes, les pratiques pédagogiques privilégient trop la lecture/compréhension de textes, au détriment de la production et des travaux écrits.

“Alors que les recherches mettent l’accent sur l’utilité de l’écrit pour amener les élèves à communiquer, à argumenter, à réfléchir sur leurs productions, mais aussi à apprendre, l’écrit est souvent proposé dans les classes comme activité finale d’une séquence. L’écriture pour réfléchir ou faire le point sur ses propres connaissances est rarement intégrée comme activité proposée aux élèves dans les manuels”, poursuit l’étude.

“Stabiliser” les orientations pédagogiques nationales

Face à ce constat, le Cnesco émet une liste de recommandations destinées à “(re)donner aux élèves le goût de l’écriture”. La première consiste à “stabiliser des orientations pédagogiques nationales claires”. Selon l’étude, dans les programmes et les manuels, les instructions nouvelles et anciennes de l’Éducation nationale se mêlent, jusqu’à parfois prêter à confusion et perdre les enseignants. Le Conseil indique en effet qu’entre 2002 et 2015, en primaire, quatre programmes scolaires abordant l’écriture se sont succédé.

Travaux de groupe et rédactions de textes

Le Cnesco recommande par ailleurs de “favoriser la collaboration entre élèves pour les activités liées à l’écrit”. Les travaux de groupe et autres activités collectives autour de l’écriture permettraient, en étant généralisés, “d’améliorer les écrits, sur le plan de la correction de la langue comme de la transmission du sens”.

“Divers  travaux montrent  une difficulté, voire  une peur d’écrire, directement  liée à la performance orthographique.  Les textes écrits des élèves servent souvent d’évaluation de leur maîtrise de l’orthographe. Il  convient d’équilibrer les objectifs pédagogiques en articulant, dans les séquences d’enseignement, la production de textes et l’étude de la langue”, constate en outre le Cnesco. Et de préconiser une meilleure articulation et un équilibre entre la production de textes et l’étude de la langue, ainsi qu’entre l’apprentissage de l’écriture et de la lecture.

Classe de maternelle © Tyler Olson - Fotolia.com

Classe de maternelle © Tyler Olson – Fotolia.com

Initier à l’écriture dès la maternelle

L’étude plaide pour un apprentissage de l’écrit dès la grande section de maternelle, avec la mise en place d’activités “d’écriture approchée” : il s’agit pour l’enseignant d’encourager les enfants, pas encore lecteurs mais qui “tentent parfois spontanément de représenter à l’écrit les sons qu’ils entendent”, de le faire avec des dessins, des lettres ou des mots qu’ils connaissent – même si les mots écrits n’ont pas une graphie correcte.

”L’enseignant observe les  stratégies utilisées par les  élèves et propose une écriture approchée légèrement plus complexe que celle produite par l’enfant. Il valorise aussi les essais de l’élève et s’appuie sur ses propositions pour ajouter la lettre correspondant au son manquant ou aboutir à l’orthographe conventionnelle du mot”, décrit le Cnesco.

Le Conseil recommande aussi de faire copier des mots et de faire écrire sous dictée dès le CP, pour “contribuer à l’apprentissage de la forme écrite de la langue”.

Former tous les enseignants à l’apprentissage de l’écrit

Enfin, le Cnesco préconise de former tous les enseignants, “et pas seulement les professeurs de français”, à l’apprentissage de l’écrit par les élèves. Dans son étude, il constate que “la moitié des enseignants de CM2 seulement déclarent être formés à l’enseignement de la langue française”, et que les pratiques des profs des écoles dans ce sens sont en conséquence “très variables”. L’étude recommande ainsi de sensibiliser les enseignants aux divers modes d’évaluation de l’écrit, mais aussi de les former à la langue française, “son enseignement et son apprentissage”.

2 commentaires sur "Apprentissage de l’écrit : le Cnesco conseille de former tous les enseignants"

  1. Delacour  13 avril 2018 à 17 h 43 min

    Ceux qui voudraient utiliser le codage écrit en CP pour faire apprendre à lire, peuvent consulter le site « ecrilu ».
    Ils pourront se procurer gratuitement tout l’équipement nécessaire et des logiciels d’apprentissage.

    Oui, le codage écrit est la seule entrée historique dans la lecture. On peut toujours relire un sens qu’on a codé (avec le seul code existant, le code est orthographique), mais il est impossible de décoder avec certitude une lettre ou des lettres…cat il n’existe pas de code de lecture. Si on décode c’est toujours en fonction du code d’écriture et jamais l’inverse.Signaler un abus

    Répondre
  2. Landry  13 avril 2018 à 19 h 11 min

    les formations sur l’écrit que nous avons sont succinctes et ne représentent jamais des séances réalisables en classe de 25 élèves.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous