Un rapport sur la recherche et l’enseignement des génocides et des crimes de masse

64 historiens et professeurs ont remis à J-M Blanquer et F. Vidal un rapport sur "la recherche et l’enseignement des génocides et des crimes de masse". Ils préconisent une "politique de soutien" aux chercheurs.

"Maus", d’Art Spiegelman (1986) / Planche originale

« Maus », d’Art Spiegelman (1986) / Planche originale

Après 20 mois de recherches, une équipe internationale de 64 chercheurs et professeurs a remis le 15 février 2018 un rapport sur la recherche et l’enseignement des génocides et des crimes de masse aux ministres de la Recherche Frédérique Vidal et de l’Education nationale Jean-Marie Blanquer.

Selon la Mission d’étude à l’origine de ce document, qui a publié un résumé sur le site du Centre de recherches sociologiques et politiques Raymond Aron, ce rapport est “une première en France”, car il “présente des caractères inédits en raison des savoirs originaux que l’équipe a su produire.” À l’origine de ce rapport, la demande de l’ex-ministre Najat Vallaud-Belkacem en octobre 2016 de réaliser « une enquête globale sur la connaissance des génocides, crimes de masse et violences extrêmes, auxquels se sont ajoutés les esclavages ».

Des profs « armés pour intervenir » sur le sujet des génocides

Parmi les questions que se posaient les chercheurs en 2016 : “confrontée à des objets qui mettent au défi la connaissance humaine, requérant alors l’autorité de la morale, de la mémoire, du droit, la recherche (et ses usages notamment pédagogiques, éducatifs ou muséographiques) peut-elle aboutir à des savoirs stables et transmissibles ? Doit-on attendre de la connaissance l’émergence d’une conscience et d’une responsabilité individuelle aussi bien que collective face à l’inhumanité ?”

Concernant la France, l’étude des génocides, crimes de masse et violences extrêmes, ainsi que de l’esclavagisme, a fait l’objet d’une “activité croissante, depuis le tournant des années 1990 des chercheurs et des enseignants”. Selon le rapport, les profs “sont aujourd’hui armés pour intervenir sur l’essentiel de ces sujets, à commencer par la Shoah.” L’apprentissage d’autres génocides, tels que celui des Tutsis au Rwanda ou des Arméniens dans l’empire Ottoman, à en outre “réaffirmé l’importance de cet événement matriciel”.

Maus d’Art Spiegelman : la BD pour “enseigner l’indicible" / Journées de l'Histoire et de la Géographie, Amiens, octobre 2016

Maus d’Art Spiegelman : la BD pour “enseigner l’indicible » / Journées de l’Histoire et de la Géographie, Amiens, octobre 2016

Toutefois, selon la mission, les apports de la recherche et de l’enseignement en France souffrent d’une “trop faible interrelation, et parfois d’une insuffisante visibilité tant nationale qu’internationale, même s’ils couvrent des champs de plus en plus vastes”, et cela malgré les engagements des documentalistes, muséographes, responsables mémoriels, artistes, écrivains et créateurs, pour “aborder des objets difficiles et, ensuite pour assumer le pari de la transmission des savoirs.”

Vers la création d’un « Centre international » de ressources ?

Pour les chercheurs et enseignants, de 15 nationalités différentes, “la richesse comme le dynamisme des domaines de connaissance en France justifient une mise en commun des savoirs tant fondamentaux que pédagogiques, impliquant de dépasser certains clivages hérités”, comme la “coupure maintenue” entre l’enseignement scolaire et l’enseignement universitaire, entre la recherche et la pédagogie, ou encore entre les missions scientifiques et les fonctions documentaires”.

La Mission d’études préconise la création d’un “Centre international de ressources pour les génocides, les crimes de masse, les violences extrêmes et les esclavages”, afin d’approfondir les recherches et de confronter les savoirs, notamment entre historiens sur le plan international.

« Une responsabilité majeure pour humaniser la société »

“Rwanda 1994”, de Pat Masioni

“Rwanda 1994”, de Pat Masioni

En conclusion, le rapport “encourage » une politique de soutien aux chercheurs, avec “une reconnaissance de l’impératif de recherche.”

Selon l’étude, cette priorité “accorderait aux historiens des forces supplémentaires devant les négationnismes”, donnerait aux enseignants “une responsabilité majeure pour humaniser la société”, et fournirait aux documentalistes des “possibilités nouvelles de contribuer aux savoirs” sur les génocides, crimes de masse, violences extrêmes et esclavages. Enfin, cela permettrait « qu’une politique nationale se transforme en une force d’impulsion internationale » pour « l’approche des questions fondamentales d’humanité et de déshumanisation ».

Parmi les 14 historiens membres du directoire de la Mission d’étude, Henry Rousso, directeur de recherche à l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP) du CNRS, indique à La Croix qu’en matière d’études comparées des génocides, « nous n’avons pas à rougir en France », mais qu’il est possible d’accroître leur visibilité, et de « favoriser l’enseignement et la transmission de ces connaissances comparées dans nos lycées, voire nos collèges« .

Finalement, « l’histoire comparée » permet selon lui d’aborder « d’importantes questions d’histoire contemporaine, comme les idéologies, les régimes politiques ou encore les enjeux stratégiques… Et ainsi de former des citoyens armés pour lutter contre le négationnisme, qui fait un inquiétant retour. »

1 commentaire sur "Un rapport sur la recherche et l’enseignement des génocides et des crimes de masse"

  1. Clio  23 février 2018 à 22 h 12 min

    Alors, pour que l’enseignement de ces thématiques atteigne vraiment et efficacement ses objectifs, il va falloir commencer par s’attaquer à quelque chose qui est en train de devenir un fléau et séduit de plus en plus de jeunes, notamment au lycée, à savoir les théories du complot !! Plus ça va, et plus les adolescents remettent en cause des évènements, des faits historiques indéniables et s’opposent, « résistent » à l’enseignement des professeurs d’Histoire-géographie en opposant « leur » vérité puisée dans les réseaux sociaux, internet…où des personnes voient en eux les proies idéales pour leur endoctrinement ! Au collège, on a parfois aussi des remarques, y compris dès la 6e. Là, il y a une urgence absolue. Et de la même façon, certains remettent en cause les valeurs de la république française en disant que c’est bien beau mais dans la réalité ce n’est pas du tout cela…Pour finir, on n’a jamais autant enseigné la Shoah, les génocides et les traites, notamment négrières au XVIIIe siècle, qu’à l’heure actuelle en France, et ce, en impliquant différentes disciplines et pas seulement l’HG et l’EMC…Alors, après de nombreuses années d’expérience dans le domaine, je me suis rendue compte que pour certains élèves, surtout au lycée mais parfois aussi en 3e, il se produit un phénomène de « saturation » et les élèves « en ont marre » d’étudier la Shoah en HG, en Français, en Arts plastiques, en EPI, en Musique…..Cette éducation est en effet oh combien primordiale et nécessaire mais attention de ne pas la rendre omniprésente et trop récurrente, au risque de produire l’effet inverse de celui escompté !!Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous