Réforme du bac : une grande épreuve orale compterait pour 30 % de la note finale

Selon les premières pistes du rapport sur la réforme du bac, l'une des épreuves finales de l'examen consisterait en un "grand oral" qui compterait pour 30 % de la moyenne.

épreuve orale au bac

Voyagerix – Shutterstock

L’universitaire Pierre Mathiot, chargé par le ministre de l’Education nationale de mener une réflexion sur la réforme du baccalauréat, va rendre ce mercredi le rapport contenant ses premières propositions.

Un « grand oral » de 30 minutes en juin

Pierre Mathiot l’avait annoncé dès le début du chantier : il envisage de mettre fin aux filières S, ES et L du bac général pour introduire une « relative individualisation des parcours » des élèves. Selon le JDD de dimanche, les lycéens devraient désormais choisir en première générale deux majeures parmi une dizaine de combinaisons définies au niveau national, plus deux mineures. Ces matières s’ajouteraient à un tronc commun de 6 disciplines (EPS, histoire-géo, LV1, LV2, maths et français en première, et EPS, histoire-géo, LV1, LV2, maths et philo en terminale).

Le nombre d’épreuves terminales au baccalauréat serait porté à 4 : deux épreuves sur les majeures choisies par l’élève, qui auraient lieu en mai, une épreuve de philo, qui se déroulerait en juin, et un « grand oral » portant sur un projet travaillé pendant l’année, qui devrait également avoir lieu au mois de juin. Cet oral de 30 minutes s’effectuerait devant un jury de trois personnes (un enseignant du lycée de l’élève, un enseignant extérieur et un non-enseignant). Il compterait pour 30 % de la moyenne finale, selon le Parisien. En tout, les 4 épreuves terminales plus l’épreuve de français de première, qui ne serait pas modifiée, compteraient pour 60 % de la note du bac, précise le JDD.

Suppression des épreuves de rattrapage

Pour l’évaluation des autres matières, Pierre Mathiot envisage d’introduire une part de contrôle continu grâce aux bulletins de notes de première et de terminale, et d’organiser des « épreuves ponctuelles » à la fin de chaque semestre de terminale. Concernant le poids de ces différentes épreuves dans la notation finale, plusieurs scénarios sont envisagés par l’universitaire et laissés à l’appréciation du ministre de l’Education nationale.

Enfin, Pierre Mathiot souhaite mettre fin aux épreuves de rattrapage, trop « lourdes » à organiser, pour les remplacer par un « examen attentif » du livret scolaire.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous