Le rattrapage au bac, bientôt un lointain souvenir ?

Dans le cadre de la réforme du Bac, les épreuves orales de rattrapage pourraient être supprimées. Elles seraient remplacées par un examen du livret scolaire par le jury.

Le bac © Fotolia.com

Le bac © Fotolia.com

Bientôt (d’ici 2021), les lycéens qui n’auront pas la moyenne au Bac à l’issue des épreuves mais qui auront obtenu une note entre 8 et 10 ne présenteront peut-être plus les traditionnels oraux de rattrapage. Ces épreuves du « second groupe », dites aussi « de contrôle », pourraient en effet être remplacées par un simple examen du livret scolaire.

Selon Le Figaro, Pierre Mathiot, l’ex-directeur de Sciences Po Lille qui devrait rendre fin janvier à Jean-Michel Blanquer un rapport sur la réforme du bac, aurait constaté, après avoir rencontré plusieurs acteurs du monde éducatif, que les épreuves orales de rattrapage sont trop « lourdes » à organiser. En juillet 2017, 95.000 lycéens ont passé le rattrapage, avec succès pour 60 % à 70 % d’entre eux. Autour d’eux étaient mobilisés des dizaines de milliers de profs et des centaines de lycées.

Un « examen attentif » du livret scolaire

D’après le quotidien national, Pierre Mathiot estimerait également que les épreuves du second groupe risquent de perdre de leur sens avec la réforme à venir, en 2021 – centrée sur le contrôle continu. A la place, il préconiserait un « examen attentif » du livret scolaire.

Depuis 1890, le livret scolaire du lycée, est rempli par l’équipe pédagogique et est composé d’éléments reflétant la scolarité de l’élève lors du cycle terminal. Il constitue, peut-on lire sur le site de l’Éducation nationale, « un outil d’aide à la décision pour le jury du baccalauréat« , lors des délibérations qui suivent le premier et le second groupe d’épreuves, « en particulier lorsque le candidat est proche des seuils ou est ajourné. »

Les représentants du monde éducatif sont unanimes : les rattrapages, bien que populaires, sont coûteux et peu utiles. Pour Frédérique Rolet, secrétaire générale du SNES, interrogée par Le Figaro, les oraux de rattrapage « ne rajoutent pas grand-chose et mobilisent beaucoup de monde ». Selon Philippe Tournier, du SNPDEN, le syndicat des chefs d’établissement, ils sont même contre-productifs, en « favorisant les élèves aux résultats inégaux, de joyeux drilles qui l’obtiennent haut la main, tandis que les élèves sérieux et travailleurs mais tangents ne l’obtiennent pas toujours et sont pénalisés à l’arrivée ».

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous