Sacha, étudiant à Polytechnique, raconte son quotidien

Comment est perçue l’Ecole Polytechnique par ses étudiants ? Réponse avec Sacha Izadi, élève au sein de la fameuse « X ».

Ecole Polytechnique © Jérémy Barande

Ecole Polytechnique © Jérémy Barande

Pouvez-vous nous expliquer votre parcours ?

Après un baccalauréat scientifique au Lycée Louis le Grand à Paris, j’ai suivi deux ans de classes préparatoires PCSI (physique chimie Sciences de l’ingénieur) puis PC* (Physique Chimie) toujours à Louis le Grand – ce qui correspond à l’une des voies des fameuses Math Sup / Maths Spé. Puis j’ai passé les concours d’entrée aux grandes écoles, notamment ceux de l’École Polytechnique que j’ai intégrée il y a un peu plus de deux ans.

Comment se déroule le cursus au sein de l’École Polytechnique ?

La formation à l’ « X » repose sur un vaste socle d’enseignements scientifiques (avec un  fort accent mis sur les mathématiques), auxquels s’ajoutent une formation humaine et militaire de haute volée et qui fait la spécificité de cette École. Le cycle ingénieur polytechnicien se déroule en 4 ans. La première année débute par un stage de formation humaine et militaire : avec une formation militaire initiale au camp de La Courtine dans le Creuse (marche au pas, chant, sorties sur le terrain, parcours d’obstacles, tir au Famas, etc), puis un stage de 6 mois dans les armées ou dans un organisme civil d’intérêt public. C’est un moment fort dans la scolarité à l’Ecole qui nous fait découvrir de nouveaux horizons et crée une incroyable cohésion au sein d’une promotion. Puis nous rentrons sur le campus de Palaiseau au printemps, nous rejoignons alors nos sections sportives et nous suivons tous les mêmes cours du « tronc commun ». Une grande partie d’entre nous défile par la suite sur les Champs Elysées le 14 juillet.
En deuxième année nous pouvons choisir nos cours parmi un large panel comprenant maths fondamentales, maths appliquées, physique, mécanique, économie, informatique, biologie, chimie, humanités, management … et où la multidisciplinarité est fortement valorisée. Nous poursuivons les entraînements sportifs commencés l’année passée, et nous suivons également des cours de langues. Nous passons ensuite la majeure partie de l’été en stage en entreprise.
En troisième année nous nous spécialisons davantage et rejoignons un « parcours d’approfondissement » dans l’un des départements de l’Ecole . En mars, nous quittons définitivement le campus et partons en stage de recherche (en laboratoire ou en entreprise) pour 4 à 5 mois.
Enfin la 4ème année se fait  dans une autre école ou dans une université, aussi bien en France qu’à l’étranger.

Personnellement, j’ai suivi la formation militaire initiale à la Courtine, puis j’ai effectué mon stage militaire auprès des ingénieurs de l’armement spécialisés en parachutage à Toulouse. J’ai ensuite rejoint Palaiseau dans la section Boxe de l’Ecole, puis j’ai suivi les cours du tronc commun, avant d’avoir l’honneur de défiler le 14 juillet. En deuxième année j’ai suivi des cours très variés en maths appliquées, informatique, économie, physique, mécanique et d’excellents cours de philosophie, et j’ai effectué mon stage de 2ème année chez le leader du e-commerce en Afrique. Pour ma 3ème année j’ai rejoint le double diplôme X-HEC Data Science for Business du département de maths appliquées, et je ferai ma 4ème année dans la majeure Digital d’HEC.

Pouvez-vous nous décrire une semaine type de travail à Polytechnique ?

Cela dépend d’où vous vous placez dans le cursus, une semaine à La Courtine est bien évidemment différente d’une semaine à Palaiseau, et même sur le campus les semaines se ressemblent assez peu. De manière très schématique une semaine en 2ème année :

– lundi matin : entraînement sportif, cours de langue

– lundi après-midi : cours en amphi

– mardi matin : entraînement sportif, TD sur les cours vus la veille

– mardi après-midi : cours en amphis, cours de langue

– mercredi matin : TD sur les cours vus la veille

– les mercredi après-midi sont banalisés pour pouvoir effectuer des travaux de recherche en groupe (le PSC : projet scientifique commun)

– jeudi matin : cours d’humanités et sciences sociales

– jeudi après-midi : entraînement sportif

– vendredi : cours/TP en laboratoire ou… weekend !

Ceci est pour la partie cours, mais au quotidien il y a une incroyable diversité d’activités extra-scolaires qui sont organisées le soir et l’après-midi : à l’« X » il y a plus d’une centaine d’associations étudiantes qui sont extrêmement actives dans l’Ecole. J’ai généralement eu des soirées bien remplies.

Comment gérez-vous la charge de travail au quotidien ?

Les années en classe préparatoire nous ont appris à devoir appréhender une grande charge de travail dans un temps imparti, nous continuons donc sur la même lancée à l’École Polytechnique.

Quels conseils donneriez-vous à des élèves souhaitant intégrer Polytechnique ?

Peu importe la filière (classes prépa, filière universitaire, voies internationales), je dirais qu’il faut s’avoir s’accrocher dans la préparation d’un concours reconnu pour être extrêmement exigeant. Il n’y a pas de formule miracle, mais un travail attentif, rigoureux et régulier est un facteur clé de succès. Il faut aussi prendre soin de se ménager des moments de repos et de détente pour profiter de la vie.

Participez-vous à des activités extra-scolaires (sport, culture, association d’étudiants…) ?

Comme je le disais la vie associative à l’X est extrêmement riche et variée, il y a plus d’une centaine de « binets » (argot polytechnicien signifiant « association ») pour tous les goûts (festivités, arts et culture, science et technologie, politique et débats, gastronomie, sport, humanitaire et social …). Personnellement j’étais dans plusieurs de ces binets : je suis parti en mission humanitaire pendant 1 mois en Bolivie dans le cadre de Mission Potosi (une association humanitaire de l’ESSEC qui a une antenne à l’X), j’étais dans l’équipe organisatrice du TEDx de Polytechnique (les conférences TED sont des conférences généralement atypiques, et organisées un peu partout dans le monde), et j’étais surtout membre de la Kès qui est le BDE (Bureau des élèves) de l’Ecole. C’est véritablement à travers la Kès et aux côté de mes 15 autres camarades kessiers, que je me suis engagé dans la vie associative de l’Ecole, mes missions étaient très variées : rôle de représentant des élèves auprès de l’Administration de l’Ecole, animateur sur les réseaux sociaux des élèves, et organisation d’événements divers et variés (soirées, spectacles, périodes d’incorporation …). Une chose est sûre : cela a été une expérience inoubliable, riche en émotion, et j’y ai tissé de très belles amitiés.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous