Conseil scientifique de l’EN : « la recherche ne peut être instrumentalisée »

Après la création d'un conseil scientifique de l'Education nationale, le SNUIPP et 56 chercheurs s'adressent à Jean-Michel Blanquer. Ils le préviennent "qu'aucune discipline ne devra s'imposer aux autres".

chercheur laboratoire science

(© kasto – Fotolia.com)

Après la nomination par Jean-Michel Blanquer, le 24 novembre, de Stanislas Dehaene, spécialiste des neurosciences, à la tête d’un tout nouveau « conseil scientifique de l’Education nationale », le SNUIPP lance un appel, pour « une diversité de la recherche dans l’approche de l’école ».

Des chercheurs « venus de différentes sciences »

Pour le ministre de l’Education nationale, la création d’un tel conseil devrait permettre de « consulter des scientifiques de différentes disciplines, notamment dans les sciences cognitives, afin d’avoir une vision fondée des politiques publiques, et d’avoir un accompagnement pédagogique à la lumière de ce qu’en pensent les scientifiques ». Encore en cours de constitution, il sera composé de chercheurs « venus de différentes sciences ».

Selon Jean-Michel Blanquer, interrogé par Le Point, le conseil scientifique « sera saisi sur tous les sujets, comme l’intelligence artificielle ». Et de souhaiter que ce groupe de chercheurs « travaille dans un esprit d’avant-garde qui échappe aux opinions simplistes en matière d’éducation ».

Stanislas Dehaene : un directeur spécialisé dans les neurosciences

Le directeur de ce conseil, Stanislas Dehaene, célèbre psychologue cognitiviste, et professeur au Collège de France, effectue des recherches (régulièrement mises en avant par Jean-Michel Blanquer), via l’imagerie cérébrale, sur la numération, « les neurones de la lecture », les bases cérébrales de l’arithmétique et le langage parlé.

cerveau

© Alexandr Mitiuc – Fotolia.com

Pour le neuroscientifique, qui s’intéresse de près aux mécanismes de la dyslexie et de la dyscalculie, un bon enseignement n’est possible qu’en comprenant « ce qui se passe dans la tête de l’enfant ». Dans un article sur les « fondements cognitifs des apprentissages scolaires », il écrit que « nous ne pouvons pas enseigner convenablement sans posséder, implicitement ou explicitement, un modèle mental des intuitions de l’élève (correctes ou erronées), des étapes par lesquelles il doit passer pour progresser, et des facteurs qui l’aident à développer ses compétences. »

« L’école a besoin de toute la recherche »

Dans un communiqué publié le samedi 25 novembre, le SNUIPP avertit Jean-Michel Blanquer : « l’école a besoin de toute la recherche ». Le syndicat, qui avait anticipé la création d’un conseil scientifique par le ministre, a lancé un appel, dès le 24 novembre, en direction de l’Education nationale.

Signé par 56 chercheurs, dont Boris Cyrulnik et Philippe Meirieu, ce document stipule que « la recherche ne peut pas être instrumentalisée ». Ainsi, « toutes les recherches et tous les mouvements pédagogiques concourent à la constitution d’un corpus de connaissances en perpétuel développement. Cette dynamique de la connaissance ne peut se réduire à un prêt-à-penser immuable dont les enseignants ne seraient que les interprètes ». Pas question, donc, de se limiter aux neurosciences

L’appel du SNUIPP précise que « la complexité des processus d’apprentissage suppose une coopération durable entre chercheurs et praticiens » – entre les scientifiques et les enseignants. En conclusion, les chercheurs demandent ainsi à Jean-Michel Blanquer de « développer et diffuser la recherche dans tous les domaines intéressant l’école, par le biais de la formation », et de « valoriser la professionnalité des professeurs d’école ». Ainsi, notent-ils, « les enseignants ont besoin, au cours de leur formation, que la recherche éclaire leurs pratiques », et l’expertise des professeurs doit ensuite pouvoir être croisée avec les travaux des chercheurs.

Le SNUIPP souhaite que son appel « devienne la feuille de route » du Conseil scientifique de l’Éducation nationale, et prévient qu’il « sera vigilant pour que, dans le dialogue que l’école doit entretenir avec la recherche, aucune discipline ne s’impose aux autres, et qu’aucune ne soit ignorée. »

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous