Profs sur liste d’attente : « Ayant obtenu le concours, j’estime être prioritaire »

En pleine crise de recrutement, 650 lauréats du CRPE restent sur liste complémentaire, l'Ecole préférant recruter des contractuels. Les aspirants enseignants crient à l'injustice.

enseignant primaire

© Petro Feketa – Fotolia

Benjamin, 37 ans, et Lucie *, 40 ans, veulent plus que tout devenir enseignants. Après avoir préparé le concours de recrutement de professeurs des écoles (CRPE), ils l’ont obtenu, mais sont inscrits sur liste complémentaire (1). Depuis juin, comme 650 autres profs en herbe, ils attendent d’être appelés afin d’occuper l’un des très nombreux postes restés vacants dans les écoles primaires.

Dans un contexte marqué par une crise importante du recrutement et une pénurie d’enseignants, “dans de nombreuses académies, on recrute des contractuels, parfois à partir de Bac +2. Pendant ce temps, nous restons sur liste complémentaire, alors que nous sommes pour la plupart d’entre nous, formés”, déplore Benjamin.

Cet ex-éducateur de centres de vacances a repris ses études il y a deux ans. Après avoir obtenu un master 2 MEEF, et après avoir réalisé des stages dans des écoles, il s’est retrouvé sur liste complémentaire. “J’ai beaucoup espéré être appelé. Je suis prêt à faire cours. Tellement que j’envisage de partir dans le privé si rien ne bouge”, indique-t-il. Jusqu’en avril, il est susceptible d’être appelé par l’Éducation nationale. D’ici là, il a repris une activité salariée, et prépare à nouveau le CRPE – “une nouvelle préparation à un concours exigeant, qui se révèle usante, à force”.

“Je suis très agacée d’avoir à repasser un concours que j’ai déjà eu”

Lucie travaillait autrefois dans le marketing, avant d’entamer une reconversion professionnelle. “Je repasserai le CRPE, car j’ai vraiment envie de devenir enseignante. Mais je suis très agacée par le fait de devoir repasser un concours que j’ai déjà eu, et pour lequel je me suis donnée à fond… Sachant que des postes sont vacants”, lance-t-elle, sur un ton las. La tête à nouveau plongée dans les manuels de pédagogie et de didactique, elle espère toujours être appelée, et ne cache pas non plus sa colère face au recrutement, par l’Education nationale, de contractuels (via Pôle Emploi). “Certaines personnes inscrites sur la liste complémentaire sont mêmes contactées pour occuper des postes de contractuels !”, s’indigne-t-elle. “Ayant passé et obtenu le concours, j’estime être prioritaire. Quel est l’intérêt d’avoir mis en place des listes complémentaires dans chaque académie, si elles ne sont pas utilisées pour combler les postes vacants et les très nombreuses démissions ?”

Ecole primaire en France, salle de classe / Licence CC Wikimedia / par Marianna

Ecole primaire en France / Licence CC Wikimedia / par Marianna

Lucie et Benjamin font partie d’un collectif sur Facebook, “Listes complémentaires 2017”, qui regroupe à ce jour quelque 230 lauréats du CRPE sur liste d’attente. “Nous éprouvons tous un fort sentiment d’injustice, en voyant que l’on embauche des contractuels non formés, plutôt que nous, alors que c’est une obligation légale”, expliquent-ils. Ainsi, l’article 3 de la loi du 13 juillet 1983, du statut général de la Fonction publique, impose le recours à la liste complémentaire pour occuper les postes civils permanents de l’Etat restés vacants. « Mais rien n’est fait, ce qui est inadmissible », dénonce Lucie.

“La loi permet aussi de mettre en place un report de formation d’un an. Le ministère pourrait très bien nous rendre à temps plein cette année, et nous mettre l’an prochain, à partir de septembre, à mi-temps à l’ESPE et à mi-temps en classe – comme cela s’est fait l’année dernière dans les académies de Toulouse et de Montpellier”, remarque Benjamin. Pour lui, le recours aux contractuels ne devrait être envisagé qu’après l’épuisement des listes complémentaires.

Refus du gouvernement, pour “raisons budgétaires”

“Faire appel aux listes complémentaires peut aussi éviter de mettre en grande difficulté des personnels contractuels qui aspirent à devenir enseignants fonctionnaires d’Etat, et qui donc doivent passer le CRPE. En effet, comment préparer un concours exigeant tout en faisant face à la charge de travail d’un enseignant débutant à plein temps ?”, questionne le groupe “Listes complémentaires”. Soutenu par les syndicats (SNUIPP FSU, SNUDI FO, SE UNSA, CGT Educ’action, Sud Éducation, SGEN CFDT) et plusieurs députés et sénateurs, le groupe n’a pour l’heure plus aucune nouvelle de l’Education nationale. “On nous a juste répondu que les listes complémentaires ne seraient pas plus sollicitées, pour des raisons d’équité devant la formation (vis-à-vis de nos jeunes collègues, le ministère craint que nous démarrions le reste de notre formation trop tard), mais aussi pour des raisons budgétaires invoquées par le ministère de l’Économie”, indique Benjamin.

école primaire rythmes scolaires

Monkey Business Images – Shutterstock

La loi permet aux académies d’ouvrir en théorie les listes complémentaires jusqu’en avril. “Mais on ne sait pas ce que feront l’Education nationale et Bercy ; notamment dans un contexte où les effectifs auront toujours plus besoin d’être renforcés avec le dédoublement des classes de CP-CE1…”, ajoute l’aspirant enseignant, qui remarque, maussade, “que recruter des contractuels, avec un statut précaire, évite d’embaucher des fonctionnaires d’Etat”. Pour rappel, l’ambition d’Emmanuel Macron reste de supprimer 120.000 postes de fonctionnaires.

“Alors que les démissions de professeurs des écoles sont nombreuses, certains cherchent à entrer dans l’Education nationale, et se sentent prêts à enseigner. Si on ne les laisse pas le faire, il y aura forcément des retombées sur le bien-être et l’épanouissement dans les apprentissages des élèves, qui manquent actuellement de profs formés”, conclut, amère, Lucie.

 

* Les prénoms ont été modifiés, à la demande des personnes interviewées.

Note(s) :
  • (1) Dans chaque académie, des listes complémentaires de candidats sont établies par les jurys du CRPE afin de permettre le remplacement des candidats inscrits sur la liste principale qui démissionnent, ou pour pourvoir les vacances de postes survenant l'année suivant le concours. Les inscrits de ces listes sont classés selon le nombre de points obtenus au CRPE. Ils ne sont pas sur les listes principales car chaque concours a un nombre limité de postes. Si un lauréat sur liste d'attente n'est pas appelé dans l'intervalle entre deux concours, il devra repasser le CRPE l'année suivante.

3 commentaires sur "Profs sur liste d’attente : « Ayant obtenu le concours, j’estime être prioritaire »"

  1. sabine  23 novembre 2017 à 13 h 18 min

    Bonjour,
    Je suis concernée par cette situation. Suppléante dans le secteur privé depuis plus de 5 ans, je suis également inscrite sur liste complémentaire du crpe public, en Seine Maritime. Cette année, j’occupe un poste d’enseignante spécialisée au sein d’un ime. Ma motivation est réelle et n’est pas basée sur une représentation que je me fais du métier mais sur des expériences de la petite section de maternelle aux classes spécialisées.
    A l’heure où le Ministre de l’Education tente de repenser l’Ecole, il serait pertinent de soulever la question des contractuels : contrats précaires, manque d’expérience….et penser à nos enfants qui sont sous la responsabilité d’enseignants qui n’ont jamais lu les programmes, ne savent pas ce qu’est une progression et encore moins une fiche de prép… On ne peut pas penser l’enseignement comme un job !Signaler un abus

    Répondre
  2. Eric  30 novembre 2017 à 22 h 16 min

    Bonjour,
    je suis contractuel et je comprends que les lauréats soient déçus. Cependant nous avons passé un recrutement plus de type privé et nous n’avons pas été ramassés sur le bord de la route par hasard. En général nous avons une expérience en lien avec l’éducation, dans mon cas, j’étais éducateur. Nous préparons, pour la plupart, le concours et souhaitons poursuivre comme professeur. Nous sommes soumis aux mêmes responsabilités que les autres enseignants fonctionnaires. Donc pour le commentaire précédent, nous sommes tenus de suivre les programmes, préparer des apprentissages, gérer une classe. Nous suppléons les brigades donc nous sommes remplaçants. La pratique de terrain peut être dure mais heureusement la plupart des collègues nous soutiennent. De plus c’est très formateur. Nous sommes disponibles à plein temps pas comme des PES et nous changeons d’école. Après c’est sûr que nous coûtons moins cher et que ça évite de recruter plus d’enseignants. Je pense que nous serons plus forts ensemble qu’en s’opposant. L’enseignement c’est bien un job et ceux qui sont le plus à même de dire si vous le faites correctement c’est bien les enfants… Si on n’est pas dedans ça devient vite la foire et au contraire s’ils sont nourris pour développer leurs compétences, c’est un travail très satisfaisant humainement.Signaler un abus

    Répondre
  3. Sarah99  3 décembre 2017 à 21 h 46 min

    Je suis actuellement suppléante en primaire dans le privée et je comprends tout à faire le ras-le- bol de ceux qui ont préparé le CRPE et sont sur liste d’attente.Cela est tout à fait légitime. En effet, comment peut-on employer des personnes en CDD alors que certaines mériteraient davantage d’y être (non pas parce que vous avez passé ce concours qui ne reflète en rien l’intelligence et la capacité à enseigner mais juste parce que vous vous êtes pliés aux exigences d’un concours nécessaire pour avoir un salaire à la hauteur ou pas du travail que vous fournirez). Je vous souhaite bon courage.

    En revanche, je suis d’accord avec ce qui vient d’être dit concernant le fait de ne pas créer des clans car la finalité est la même: travailler au service de l’enfant. Et oui l’enseignement est un travail comme un autre malheureusement pour un bon nombre d’enseignants (ayant le CRPE). D’ailleurs, je le déplore à bien des égards.
    Les lauréats du concours et ceux qui travaillent en CDD méritent une situation digne de ce nom dans la mesure où le travail fourni est exactement le même. La satisfaction du travail bien fait, on la rencontre à l’école avec nos élèves. L’enfant lui ne fait aucune différence entre ceux qui ont ce concours et ceux qui ne l’ont pas.
    Le système français et son hypocrisie encore et toujours!!! Et ce n’est pas prêt de changer!

    J’espère sincèrement que si ce concours devait demeurer, qu’il soit instauré en début de cursus universitaire et ainsi effectuer les années qui suivent en alternance . Là nous aurons des enseignants réellement formés et prêts à enseigner. Pour le moment le concours actuel et la formation théorique de L’ESPE ne sert pas à grand chose. Alors lauréats du CRPE, titulaires master enseignement ou contractuels une fois qu’ils débutent, ils débutent. C’est une réalité.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous