APB : ce qui va changer en 2018

Le gouvernement a présenté ce lundi la nouvelle plate-forme d'inscription dans l'enseignement supérieur, qui remplacera APB en 2018.

université

© implementarfilms – Fotolia

La ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal l’avait annoncé en septembre dernier : la plate-forme APB, à l’origine de nombreuses polémiques cette année, devrait disparaître en 2018. Lors de la présentation ce lundi du Plan Etudiants, la ministre a précisé les modalités de fonctionnement de la nouvelle plate-forme d’inscription dans l’enseignement supérieur.

10 voeux au lieu de 24

Cette plate-forme, dont le nom n’a pas encore été défini, ouvrira fin janvier 2018, selon Frédérique Vidal. Dans APB, les lycéens pouvaient formuler 24 voeux d’orientation et les classer selon leur ordre de préférence, « avec pour conséquence qu’un lycéen pouvait se voir proposer une place dans une filière qu’il n’avait pas du tout envie de rejoindre », a souligné Frédérique Vidal. Sur la nouvelle plate-forme, les voeux seront limités à 10, et ne seront pas classés. Ils seront ensuite soumis aux établissements concernés, et les lycéens pourront choisir leur filière parmi les réponses positives reçues.

Alors que l’algorithme d’APB prenait en compte le lieu d’habitation, ce critère sera supprimé dans la nouvelle plate-forme. Toutefois, « pour éviter une fuite des talents vers certaines métropoles ou bien des mobilités subies, nous allons fixer des pourcentages maximum de mobilité autorisés par formation », a indiqué Frédérique Vidal.

Le conseil de classe du lycée donnera son avis

Les modalités d’examen et de validation des candidatures vont également évoluer. Désormais, les universités pourront s’appuyer sur l’avis du conseil de classe du lycée d’origine du candidat. En effet, chaque lycéen devra présenter, en début d’année de terminale, ses projets d’orientation dans l’enseignement supérieur. Le conseil de classe du premier trimestre donnera une première appréciation sur les choix du lycéen, puis celui du deuxième trimestre émettra un avis officiel, qui sera transmis aux universités.

Au moment de l’examen des dossiers de candidature, les universités pourront donner trois types de réponses : « oui », pour les candidats acceptés sans condition, « oui, si », pour les candidats ne satisfaisant pas aux « attendus » définis pour la filière, à qui sera proposé un parcours personnalisé de mise à niveau (année préparatoire par exemple). Enfin, les candidats ayant sollicité une filière au nombre de places insuffisant seront mis « en attente », en attendant qu’une place se libère dans la formation demandée.

Des réactions mitigées aux annonces du gouvernement

La présidente de la FCPE, Liliana Moyano, s’est réjoui des mesures présentées ce matin : « la question de la sélection, des prérequis a été abandonnée pour un accompagnement personnalisé, par profil d’élève », ce qui « permet de garder le bac comme porte d’entrée aux études supérieures, et que les lycéens restent acteurs de leur projet », a-t-elle estimé.

Pour le député Les Républicains Pierre-Henri Dumont, en revanche, Emmanuel Macron a abandonné l’idée de la sélection « qui favoriserait le mérite », par « peur de faire converger les luttes sociales contre lui. Alors que la contestation sur la loi Travail n’est pas totalement terminée, il ne voulait pas risquer de se retrouver avec les syndicats et les étudiants en même temps dans la rue », a-t-il déploré.

De son côté, le syndicat des personnels de direction SNPDEN, a regretté, dans un communiqué, « les nouvelles outrances formulées envers la plate-forme APB accablée d’une responsabilité qui n’était pas la sienne. Les dommages ainsi causés par les autorités elles-mêmes au crédit des institutions sont d’évidence mésestimés alors que la confiance est la seule véritable condition de la réussite d’un dispositif quel qu’il soit », a-t-il déploré. Lors de sa conférence de presse de rentrée, le syndicat avait en effet vivement défendu APB, « un produit qui a considérablement assaini et moralisé l’accès à l’enseignement supérieur ».

4 commentaires sur "APB : ce qui va changer en 2018"

  1. profencolère  30 octobre 2017 à 22 h 03 min

    « Désormais, les universités pourront s’appuyer sur l’avis du conseil de classe du lycée d’origine du candidat. En effet, chaque lycéen devra présenter, en début d’année de terminale, ses projets d’orientation dans l’enseignement supérieur. »

    Et que se passera-t-il pour les candidats individuels au bac qui n’auront pas fait de terminale à l’école ?Signaler un abus

    Répondre
  2. B.A.Jazet  31 octobre 2017 à 0 h 24 min

    Une remarque toute bête :
    Il serait extrêmement simple de créer des « classes prépas de mise à niveau » en Lycée.
    Le personnel compétent est déjà en place, les agrégés tout simplement.
    3 ou 4 filières suivant les familles de débouchés :pour les
    1) Une filère sciences physiques-chimie-maths-technologie pour les principaux débouchés basés sur maths et techno. On peut retravailler le programme des des TS et PTSI, par exemple.
    2) Une filère sciences physiques-chimie-maths-SVT pour Bio-géologie-médecine-filières médicales. On peut retravailler le programme des TS et BCPST, par exemple.
    3) Une filère Maths-éco-SVT-Lettres-histoire pour les débouchés éco-commerce-psycho-socio. À construire à partir des classes de TES et BL.
    4) Une filière lettres langues culture générale. À construire à partir des classes de TL et khâgne A.
    Un petit examen dès décembre, un classement sérieux en fin d’année.
    Bien entendu, contrôle strict de l’assiduité, avec éventuelle éjection dès janvier pour les étudiants peu motivés.
    Car il est un enjeu dont beaucoup cachent le poids : cette histoire d’amphis bondés est BIDON, il y a 2/3 d’étudiants qui disparaissent en janvier. Et beaucoup d’étudiants ne sont là que pour les bourses …Signaler un abus

    Répondre
  3. V.M  2 novembre 2017 à 17 h 55 min

    On parle des néo bacheliers, qu’en est il pour les bacheliers de 2017 qui n’ont pas eu le voeux souhaité, et ont finalement choisi de travailler cette année, et reprendre leurs études en espérant pouvoir rentrer dans la filière de leur choix?Signaler un abus

    Répondre
  4. ROBERT  8 novembre 2017 à 9 h 01 min

    C.R
    10 Voeux maximum quand on sait que l’année dernière des candidats ont été pris sur leur 14eme voeux ou sur aucun alors qu’ils en avaient 24 ???
    Effectivement 10 voeux dans 10 universités différentes n’a aucun sens mais pour un élève de bac technologique tel que STI2D : 10 voeux en IUT et BTS sur toute la France !!!, semblent très peu pour avoir une chance d’être pris à moins d’un dossier excellent !!! ces candidats se retrouveront donc affectés sur des places vacantes donc pas de choix mais orientation subie….Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous