J’ai toujours rêvé d’être prof de physique-chimie !

Quatre professeurs de physique-chimie, passionnés par leur métier, nous en parlent.

Être prof de physique-chimie, c’est se lever chaque matin pour raviver la flamme de l’envie d’apprendre

cours de physique © Magalice – Fotolia

Sarah, enseignante de physique-chimie en lycée dans l’académie de Versailles :

« Transmission du savoir, sécurité de l’emploi, vacances, ce ne sont pas ces raisons qui m’ont poussée vers le métier. C’est la lueur que je vois dans leurs yeux. Mon but est de l’entretenir, de la faire grandir. Elle témoigne de leurs espoirs, de leurs ambitions, et aussi de leur incompréhension du monde actuel. Arrivée dans le métier il y a 15 ans, j’ai pris une claque : la réalité, c’est qu’un élève est avant tout un jeune en construction et qu’il se fout de notre concours, lui veut un cours vivant, en phase avec son quotidien. J’ai donc repensé mes méthodes en puisant dans mes compétences extra-pédagogiques et je continue encore à diversifier mes modes de cours en profitant de l’interdisciplinarité, des nouvelles technologies et surtout des discussions devant la machine à café ! Être professeure de physique-chimie, c’est se lever chaque matin avec la volonté de raviver la flamme de l’envie d’apprendre. C’est un métier que j’adore ! »

Nous apportons des réponses concrètes à des questions que se posent les élèves

Romain, enseignant de physique-chimie en collège dans l’académie d’Aix-Marseille :

« L’enseignement est assez présent dans ma famille. Néanmoins, ce n’est pas cela qui m’a fait basculer dans ce métier. Le déclic fut en classe de seconde : après plusieurs années au collège où cette matière ne m’intéressait pas, j’ai découvert un monde où on arrivait à expliquer des phénomènes de la vie de tous les jours. Ça m’a passionné ! Le fait d’aider les autres à acquérir des connaissances a aussi renforcé mon idée de devenir enseignant de physique-chimie. L’avantage de ce métier, c’est que nous pouvons apporter des réponses concrètes à des questions que se posent les élèves. Nous les aidons à soulever leurs problèmes et les accompagnons dans leur réussite. Devenir enseignant de physique-chimie, c’est exercer un métier passionnant et exigeant. C’est aussi être acteur d’un système éducatif en évolution. Depuis deux ans, grâce aux échanges avec les collègues et aux rencontres faites sur les réseaux sociaux, je modifie totalement ma façon d’enseigner, de sorte à rendre l’enseignement plus efficace et à éviter la routine ».

C’est une matière différente, loin des cours traditionnels où tout le monde reste assis

La classe de Nicolas Vossier / Capture vidéo / Réseau Canopé

La classe de Nicolas Vossier / Capture vidéo / Réseau Canopé

Florence, enseignante de physique-chimie en lycée dans l’académie de Poitiers :

« L’enseignement est une histoire de famille. J’ai toujours rêvé d’être prof mais… pas forcément de physique-chimie. Mon choix s’est d’abord porté sur le métier puis sur la matière à enseigner. Mais il est apparu évident que ce soit celle-ci. La physique-chimie, ça m’a fasciné dès le lycée ! C’est une matière différente, loin des cours traditionnels où tout le monde reste assis à sa chaise face au tableau. Là, nous sommes constamment en mouvement, nous réalisons des expériences, faisons des tests… Il y a un réel échange entre élèves et enseignant. J’apprécie vraiment ce rapport lors des séances de travaux pratiques. Nous ne sommes pas dans la transmission des connaissances mais plus dans une démarche d’investigation et d’accompagnement des élèves. Après 20 ans d’expérience, on se rend aussi compte que l’aspect humain prend le dessus sur la discipline : il est fondamental, complexe à gérer mais tellement passionnant ! Par ailleurs, depuis que le numérique est arrivé dans les établissements et que je suis passée à la classe inversée, mon métier est devenu meilleur. La tâche demande toutefois un sens de l’écoute développé, une énergie débordante et de la patience ».

J’ai le plaisir de faire partie de ces gens qui ont l’immense chance de réaliser leur rêve d’enfant

Nicolas, enseignant de physique-chimie en collège et lycée dans l’académie de Versailles :

mesures éducation 2017

Lisa F. Young – Shutterstock

« ‘Enseigner les mathématiques ? Les sciences physiques ?’ sont des questions auxquelles j’ai essayé de répondre presque toute ma scolarité ! Puis un jour, lassé d’être incapable de me décider, j’ai tiré à la courte paille : ce sera…. roulement de tambours dans ma tête : les sciences physiques ! Et voilà comment je suis devenu enseignant de physique-chimie. Sans nier ma profonde affection pour ces sciences, ce qui m’anime avant tout, c’est l’enseignement. Grand rêveur d’une école collaborative, fondée sur des principes de solidarité, de partage, d’entraide et de soutien, j’ai le plaisir de faire partie de ces gens qui ont l’immense chance de réaliser leur rêve d’enfant. Mon véritable challenge dans ce métier est de (re)donner goût pour l’apprentissage, à des élèves catalogués comme « a-scolaires » dans une école encore basée sur la comparaison et le classement : plus de notes, mais des apprentissages individualisés jusqu’à la personnalisation de l’évaluation ».

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous