“Trésors de la Terre” : à la découverte du monde minéral au MNHN

Depuis 3 ans, la Galerie de Minéralogie et de Géologie du Muséum National d’Histoire Naturelle propose de découvrir une collection impressionnante de minéraux, de cristaux et de roches. Un intérêt pédagogique certain pour les profs et leurs élèves.

Azurite Malachite_Don M.Perpont-Morgan © MNHN_Bernard Faye

Azurite Malachite_Don M.Perpont-Morgan © MNHN_Bernard Faye

Dans la Galerie de Minéralogie et de Géologie du Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN) de Paris, se cache une incroyable collection de minéraux et de roches. Dans cette salle ouverte en 1987 pour accueillir des cristaux géants en provenance du brésil, puis fermée au public de 2004 à 2014 (pour une remise en conformité), l’exposition “Trésors de la Terre” réunit 600 minéraux – parmi les 137.000 roches et gemmes de l’ancienne collection de Louis XIII (son “cabinet de curiosités”), qui sont actuellement étudiées et entretenues par les spécialistes du Muséum, et qui seront peut être un jour dévoilées au public.

D’un grand intérêt pour les scientifiques, mais aussi pour les enseignants et leurs classes (du CP à la Terminale), l’exposition, qui a déjà accueilli 140.000 visiteurs, dure une bonne heure, et permet de tout savoir sur les minéraux. Comme l’explique Cristiano Ferraris, chercheur au MNHN et chargé de conservation, “ceux qui ne connaissent pas forcément la minéralogie et les sciences de la terre peuvent apprendre ce qu’est un minéral”.

Des cristaux géants aux minéraux en tout genre

Le visiteur découvre d’abord, à l’entrée, sur un podium, 18 cristaux géants, visuellement très impressionnants. Parmi eux, des cristaux de quartz, en provenance de la région de Minas Gerais, au Brésil, mais aussi des géodes d’améthyste trouvés en Uruguay.

Exposition Trésors de la Terre / Cristaux géants / Photo DR

Exposition Trésors de la Terre / Cristaux géants / Photo DR

Puis, dans une première alcôve, il part à la découverte du monde minéral, apprenant à la vision des cristaux exposés, mais aussi via des écrans tactiles pédagogiques, ce que sont les minéraux, comment ils se sont formés, et comment les scientifiques les classent.

Exposition Trésors de la Terre / L’histoire des minéraux / Photo DR

Exposition Trésors de la Terre / L’histoire des minéraux / Photo DR

Des roches de granite, de grès, de rhyolite, et des morceaux de quartz, de béryl, de rhodonite, de calcite, de graphite et de diamants permettent d’abord au visiteur de remonter à l’origine des minéraux, lors de la formation du système solaire et de la Terre – quand ils se sont formés, lentement, à partir de carbone, de fer, de nickel, de silicium, de mercure, ou encore d’oxygène.

Les minéraux sont aussi présentés selon leur classification, qui permet, indique Cristiano Ferraris, “à tous les chercheurs de par le monde de parler le même langage” : éléments natifs (carbone, soufre, cuivre…), sulfures et dérivés (galène, ), halogénures, oxydes et hydroxydes, carbonates et nitrates, borates, phosphates, silicates, minéraux organiques (ambre, mellite…). Ce décorticage de la composition chimique des espèces minérales est susceptible d’intéresser tout particulièrement les collégiens et les lycéens, dans le cadre de leurs programmes de SVT et de physique-chimie.

Des minéraux de toutes les couleurs

Une autre alcôve permet au visiteur de découvrir les différentes formes de minéraux : “comme un être vivant, les espèces minérales naissent, grandissent (pendant des millions d’années, en fonction de la température, de la pression, du milieu d’origine), puis meurent, et ont des formes différentes”, explique Cristiano Ferraris. Ainsi, plusieurs morceaux de calcite sont exposés, avec une forme différente selon l’espace dans lequel ils ont grandi.

Après avoir lu un panneau sur l’histoire de la cristallographie moderne, du 18e siècle à nos jours, un espace expose les différente couleurs des minéraux, qui peuvent être jaunes, rouges, bleus, verts, blancs, ou fluorescents (toujours en fonction de leur composition et de leur environnement), à travers des morceaux de fluorite, de quartz fumé, d’hématite, ou encore de malachite. L’occasion de faire aussi un peu d’Histoire de l’Art, et d’apprendre pourquoi la peinture de couleur bleue a longtemps été réservée aux rois et aux Papes durant le Moyen-Âge et la Renaissance : les pigments utilisés provenaient de la lazurite, principal composant du lapis-lazuli, et que l’on ne trouvait alors que dans un seul gisement, à Sar-e-Sang, dans la province du Badakhshan en Afghanistan.

Exposition Trésors de la Terre / Des minéraux de toutes les couleurs / Photo DR

Exposition Trésors de la Terre / Des minéraux de toutes les couleurs / Photo DR

« Les pierres de l’Histoire »

La seconde partie de l’exposition Trésors de la Terre est dédiée à l’interaction entre les minéraux et l’homme, en dévoilant une impressionnante collection de gemmes, et en montrant les pierres précieuses brutes et le résultat taillé (émeraudes, améthyste, beryl, aigue-marine, saphir, rubis). Des pièces uniques au monde sont ensuite exposées, du “Grand Saphir” de Louis XIV, aux topazes de l’impératrice Marie-Louise d’Autriche, en passant par les diamants de Marie-Antoinette –  aux côtés d’objets en obsidienne, en jade ou en or issus d’expéditions menées au Pérou et en Chine au 18e siècle.

Corindon de Louis XIV dit "Le Grand saphir" / © MNHN - Alain Dahmane

Corindon de Louis XIV dit « Le Grand saphir » / © MNHN – Alain Dahmane

Les météorites, aux origines du système solaire

A la fin de la visite, les visiteurs peuvent découvrir une trentaine de météorites et des fragments martiens et lunaires. Une pièce rare est notamment exposée : un morceau de la météorite d’Orgueuil, écrasée en France en 1864, comptant parmi les roches les plus étudiées au monde par les scientifiques, sa composition chimique étant proche de celle du nuage de gaz et de poussières à l’origine du Soleil.

Le MNHM, qui possède l’une des collections de météorites les plus importantes au monde (plus de 4000 spécimens, issus de 1500 météorites différentes), organisera d’ailleurs en octobre une exposition dédiée aux météorites et à ce qu’elles peuvent nous apprendre des origines du système solaire : “Entre ciel et terre” (du 18 octobre au 10 juin 2018, dans la Grande Galerie de l’Évolution).

Météorite de Springwater, trouvée au Canada en 1931 / ©MNHN - Jean-Christophe Domenech

Météorite de Springwater, trouvée au Canada en 1931 / ©MNHN – Jean-Christophe Domenech

« Trésors de la Terre » / Muséum national d’Histoire Naturelle  – Galerie de Minéralogie et de Géologie – 36 Rue Geoffroy-Saint-Hilaire, 75005 Paris. Horaires : Du 1er octobre au 31 mars, ouverture de 10 h à 17 h. Du 1er avril au 30 septembre, de 10h à 18h. Pour tous renseignements complémentaires : 01 40 79 56 01 / 54 79 (10 h – 18 h).  // Tarifs : Plein tarif : 6 € / Tarif réduit : 4 € / Conditions et justificatifs : Famille nombreuse munie de la carte SNCF, Membre SECAS, Visiteurs de moins de 26 ans, Enseignants sur présentation du Pass Éducation.  // Possibilité de réservation sur http://billetterie.mnhn.fr

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous