Réduire les contrats aidés : quelles conséquences pour l’Education nationale ?

La décision du gouvernement de réduire drastiquement le nombre de contrats aidés a déjà des répercussions sur l'organisation scolaire dans certaines communes de France.

Ecole © Chlorophylle

Ecole © Chlorophylle

La ministre du Travail Muriel Pénicaud a décidé de réduire de manière conséquente le nombre de contrats aidés : 160 000 contrats de ce type ne devraient pas être renouvelés. « Si les emplois aidés avaient été un instrument efficace de lutte durable contre le chômage, ça se serait vu. Cela a très longtemps été un instrument de gestion opportune et politique parce qu’on les développait curieusement à la veille d’élections présidentielles », a ainsi affirmé le Premier ministre Edouard Philippe, dans des propos relayés par le Huffington Post.

Une décision qui inquiète les personnels de l’Education nationale. « Nous avons reçu un courrier de Pôle Emploi nous demandant de ne pas renouveler les contrats aidés dont quatre intervenaient en primaire et un au niveau de la restauration scolaire », explique Cathy Climent, adjointe au maire à Jonquière-Saint-Vincent, dans le Gard, à francetv info.

Les rythmes scolaires affectés ?

La suppression de certains de ces contrats aidés auront aussi une conséquence sur les rythmes scolaires dans certaines communes. Comme à Valorbiquet, dans le Calvados. « On avait tout calculé en fonction des contrats qu’on pouvait prendre », raconte Christelle Bacq-De-Paepe, la maire de la commune. Cinq personnes devaient être embauchées en contrats aidés pour permettre à la ville de rester à la semaine de quatre jours et demi. Résultat : « C’est un surcoût de 67 000 euros, c’est vraiment énorme ».

Les communes sont très nombreuses à avoir recourt à ce genre de contrats. « Il s’agit d’un moyen efficace d’insertion des jeunes les plus éloignés de l’emploi, qui tout en acquérant une formation professionnelle, peuvent être engagés dans divers secteurs de services, d’entretien ou de jardinage, […] et surtout dans les écoles, des cantines aux études surveillées en passant par les activités périscolaires », développe André Laignel, vice-président de l’association des Maires de France (AMF), dans La Croix.

Cette décision a déjà amené 18 des 24 communes de La Réunion, où le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer s’est déplacé, à reporter leur rentrée des classes de cinq jours, du 18 au 22 août.

2 commentaires sur "Réduire les contrats aidés : quelles conséquences pour l’Education nationale ?"

  1. schmoll  28 août 2017 à 15 h 17 min

    Les emplois aidés de l’éducation nationale concernent aussi l’accompagnement des élèves en situation de handicap.Signaler un abus

    Répondre
  2. PELLERIN  29 août 2017 à 14 h 55 min

    Inadmissible !
    Pour les élèves ayant droit à une aide complémentaire car leur dossier à été validé par la MDPH.
    Pour les personnes qui devaient travailler avec ces élèves à partir du 01/09, qui n’ont donc pas cherché d’emploi et ne savent pas ce qu’elles vont devenir (finalement embauchées ou pas du tout !)Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous