CAPES 2017 : 1 303 postes non pourvus

De nombreux postes sont restés vacants au CAPES externe 2017, notamment en lettres classiques, allemand et maths.

pénurie de professeurs

AKK photo – Shutterstock

Les résultats d’admission du CAPES 2017 sont tombés, et une fois encore, le concours d’enseignement du second degré n’a pas fait le plein. Selon le Monde, 1 303 postes restent vacants à l’issue des épreuves d’admission, les lettres classiques, l’allemand et les mathématiques étant particulièrement touchés.

85 admis en lettres classiques

Le recrutement est toujours aussi difficile en lettres classiques : pour 230 postes ouverts, seuls 85 candidats ont été admis. Les lettres modernes souffrent également, avec 1 137 admis pour 1 288 postes. En allemand, le déficit est également bien marqué, avec seulement 125 admis pour 345 postes. En mathématiques, 1 066 postes ont été pourvus sur 1 440. Enfin, en anglais, 847 postes ont trouvé preneurs sur 1 190.

Au CAPES 2016 déjà, aucune de ces disciplines n’avait fait le plein. Si la situation s’est légèrement améliorée en lettres classiques (68 postes pourvus sur 230 en 2016), modernes (1 079 sur 1 316 en 2016), le déficit s’est creusé en mathématiques (1 134 admis sur 1 440 postes en 2016), en anglais (1 055 postes pourvus sur 1 225 en 2016) et en allemand (149 postes pourvus sur 345 en 2016).

Des « notes gonflées » au CAPES de lettres modernes

Pour pallier cette « crise du recrutement » d’enseignants, qui perdure depuis plusieurs années, les jurys de CAPES sont poussés à l’indulgence, révélait hier EducPros. D’anciens membres du jury de lettres modernes évoquent ainsi des notes « systématiquement gonflées », un quota de candidats à conserver. « Si on faisait un concours vraiment sélectif, il y aurait très peu de reçus » affirme Annie Kuyumcuyan, jury de 2012 à 2016, qui déplore « une claire baisse de niveau. Les savoirs de base ne sont plus assurés ».

Pourtant, malgré cette « bienveillance » contrainte, le déficit de candidats admis au CAPES de lettres modernes perdure depuis plusieurs années.

8 commentaires sur "CAPES 2017 : 1 303 postes non pourvus"

  1. pierre  17 juillet 2017 à 15 h 05 min

    Les désastres de la réforme du collège de la précédente M.E.N. se poursuivent.
    Cette situation était prévisible en particulier pour les lettres classiques dont l’enseignement disciplinaire avait été purement et simplement supprimé et l’allemand avec la disparition des classes bi langues et Européennes.
    C’est bien toute la filière de ces matières (y compris universitaire) qui est menacée par ces réformes insensées.
    La M.E.N. n’a jamais voulu écouter les critiques.
    Mais les urnes ont parlé…..Signaler un abus

    Répondre
  2. Laurent  17 juillet 2017 à 22 h 16 min

    Nvbk a laissé un cadeau empoisonné, la réforme du collège est une réelle calamité et on n’a pas fini d’en baver. Les profs d’allemand sont totalement dépités et ce n’est pas le changement de ministre qui changera le mouvement de fond. Plus personne n’a envie de devenir prof d’allemand avec un service éclaté sur 2 voire 3 établissements avec des indemnités kilométriques payées à la Saint Glinglin et des emplois du temps toujours bien pourris.

    Quelque chose est réellement et profondément cassé. Plus de confiance dans une Institution qui a sacrifié le latin et l’allemand sur l’autel de l’égalitarisme. C’est encore l’espagnol qui va profiter de ce marasme organisé, merci Mme l’ex ministre de cette trahison qu’aucun enseignant en allemand et en latin ne pourra oublier.Signaler un abus

    Répondre
  3. Renault Elie  18 juillet 2017 à 23 h 31 min

    Prof de maths en lycée retraité, je vois bien les désastres qu’a laissés NVB au MEN, particulièrement :
    -Langues ratiboisées.
    -EPI massacrant les programmes de collège.
    -Fuite des bons élèves dans le privé.
    Les impétrants néo-profs ne sont pas plus bêtes que les autres jeunes cadres à bac+5, ils ont assez d’antennes pour connaître le cauchemar des débutants et les salaires deux fois trop faibles ; il ne reste comme candidats que les ahuris et les épouses de cadres sups à 8000€ par mois, plus une fortune personnelle.
    Espérons qu’après le départ de l’infernale Pimprenelle, les choses s’amélioreront …Signaler un abus

    Répondre
  4. JulieA  25 juillet 2017 à 19 h 30 min

    La réforme a certes fait des dégâts considérables, mais des « EPI massacrant les programmes de collège »; cette formule n’a aucun sens. Un EPI est un projet pédagogique qui mêle 2 ou 3 disciplines. Et quand on sait combien la pédagogie de projet est porteuse, le nier relève d’un immobilisme navrant.Signaler un abus

    Répondre
    • SJ PG  27 août 2017 à 16 h 26 min

      Les EPI ont du bon en théorie. En lycée pro, cela fait des années que nous pratiquons déjà ce genre de pédagogie. Le problème des EPI est surtout qu’on ne nous en donne pas les moyens: Faites des projets, mais rien ne changera et surtout pas vos salaires (ben oui pourquoi on vous paierait plus malgré tout le temps que vous passez à préparer une EPI – temps qui est plus long que celui passé à préparer un cours classique). Donc le problème reste entier.Signaler un abus

      Répondre
  5. katty  27 juillet 2017 à 7 h 50 min

    Pour l’EN il est préférable de prendre des contractuels que l’on envoie devant des élèves après une heure de conversation téléphonique dont 1/4 d’heure en allemand; C’est le cas d’une personne que je connais, Cette personne a servi de bouche-trou. Contactée 3 semaines après la rentrée, elle a eu un premier contrat jusqu’au 31 octobre, renouvelé jusqu’au 31 août. Mi-mai, elle a eu une inspection où elle s’est fait démolir alors que rien ne le justifiait. Son seul tort est « de ne pas répondre aux attentes actuelles de l’institution », c’est à dire qu’elle faisait de la grammaire, D’ailleurs grammaire est un mot tabou, il faut dire « fait de langue » lol. Bien que l’enseignement lui plaisait bien, il semble qu’elle soit pestiférée pour le rectorat puisque chaque fois qu’elle a postulé pour un remplacement il a mis son véto. Je trouve lamentable qu’une seule personne, en l’occurrence, l’inspectrice en chef de ce rectorat, ait un tel pouvoir. Ayant contacté le médiateur et malgré 6 relances, elle n’a jamais eu de réponse. Comme elle n’a jamais eu de réponse à son « droit de réponse » suite au rapport; Je trouve que ce comportement est loin des valeurs véhiculées par l’EN : tolérance, respect de l’autre…Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous