12 élèves par classe de CP en REP+ : 2500 postes créés à la rentrée… ou redéployés ?

Jean-Michel Blanquer a annoncé la création, pour la rentrée, de 2500 postes d’enseignants, afin de dédoubler les classes de CP dans les REP+. Mais en réalité, il devrait redéployer des postes utilisés dans "Plus de maîtres que de classes".

prof et écoliers

wavebreakmedia – Shutterstock

Création de postes de profs, ou redéploiement ? Le 26 juin, dans une interview à La Voix du NordJean-Michel Blanquer a annoncé la création, pour la rentrée 2017, de 2500 postes d’enseignants (parmi 4000 pour le primaire au total), consacrés au dédoublement de classes de CP dans les zones d’éducation prioritaire renforcée (REP+).

« Moins de professeurs dédiés » dans « Plus de maîtres que de classes »

Afin de réaliser la promesse d’Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle, et de passer à 12 élèves par classe, le ministre indique refuser de « déshabiller Pierre pour habiller Paul ». Toutefois, il explique « respecter l’approche » du dispositif « Plus de maîtres que de classes » (PDMQDC) – « concentrer les professeurs en CP et CE1 » -, en continuant à le mettre en oeuvre… mais « avec moins de professeurs dédiés ».

« Il ne s’agit pas à proprement parler de créations de postes », écrit Le Figaro. Pour dédoubler les classes de CP des REP+, Jean-Michel Blanquer compte ainsi, en réalité, redéployer en septembre des postes utilisés dans PDMQDC. « Mathématiquement, des écoles vont perdre des postes », ajoute le quotidien.

« Nous faisons coexister les deux dispositifs pour pouvoir les évaluer et avancer. Jusqu’à présent les études nationales et internationales ont montré une efficacité des dispositifs de dédoublement. En revanche les dispositifs comparables à ‘Plus de maîtres que de classes‘ n’ont pour l’instant pas fait preuve de leur efficacité », avance le ministre de l’Education nationale.

Jean-Michel Blanquer se veut « pragmatique »

Ecole © Chlorophylle

Ecole © Chlorophylle

Se voulant « d’un grand pragmatisme », Jean-Michel Blanquer assure vouloir « évaluer ces dispositifs ». Pour lui, « à la fin, ce qui compte n’est pas d’être pour ou contre tel ou tel dispositif mais d’atteindre 100% de réussite en CP. »

Au Figaro, Stéphane Crochet, secrétaire général du SE-Unsa, ne cache pas son scepticisme : « le ministre nous explique qu’il ne va pas déshabiller Pierre. Mais il ne va plus lui rester que les chaussettes ! »

Toujours dans le même journal, Francette Popineau, secrétaire générale du SNUipp, estime que Jean-Michel Blanquer « fait dire aux recherches ce qui l’arrange ». Selon les calculs du syndicat d’enseignants du primaire, afin de « créer » 2500 postes pour septembre 2017, le ministre devrait réaffecter 1000 postes de Plus de maîtres que de classes ». Pour les enseignants qui s’étaient « largement investis » depuis 3 ans dans ce dispositif, et qui « commençaient à percevoir des éléments prometteurs », il s’agit d’une décision « très démotivante », remarque Francette Popineau.

Des écoles en grève pour défendre « Plus de maîtres que de classes »

Jean-Michel Blanquer devrait aussi « piocher » dans les 1537 postes en réserve utilisés pour des remplacements. « Ces renforts d’enseignants sont nécessaires pour que la rentrée se passe bien. Si le ministère l’utilise pour le dédoublement des classes de CP, cela signifiera moins de moyens pour des remplacements ou des ouvertures de classes », prévient Régis Metzger, du SNUipp, dans Challenges.

« Alléger les effectifs des CP en REP+, c’est nécessaire. Mais ça l’est tout autant dans les autres classes, en REP+, comme en REP ou hors éducation prioritaire », écrit le SNUipp sur son site. Pour le syndicat, « les décisions du ministère obèrent une rentrée sereine dans l’éducation prioritaire ».

Opposés à la réforme, et décidés à défendre le dispositif PDMQDC, plusieurs dizaines d’écoles de Seine-Saint-Denis, de Seine-et-Marne, du Rhône et du Var font grève depuis le début de la semaine, et ont fermé leurs portes, notent Europe 1 et Le Parisien.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous