Avant la rentrée, Jean-Michel Blanquer prépare son plan de lutte contre l’échec scolaire

Redoublement, stages de remise à niveau, chorales, dédoublement des classes de CP-CE1 : Jean-Michel Blanquer planche déjà sur plusieurs mesures à mettre en place dès septembre, contre l'échec scolaire.

écolier

monkey-business-images/Shutterstock

Pour lutter contre l’échec scolaire, Jean-Michel Blanquer promet plusieurs mesures, dès la rentrée prochaine – outre ses projets de décret sur les rythmes scolaires et d’arrêté sur le collège, qu’il a présentés la semaine dernière au CSE (Conseil Supérieur de l’Education) et aux syndicats enseignants.

Le redoublement, « un outil pouvant être bénéfique »

Dans une interview au Parisien, le ministre de l’Education nationale affirme d’abord vouloir « faire en sorte que tous les élèves sortent du primaire en sachant lire, écrire et compter », jugeant « anormal » de ne pas avoir recours au redoublement. Selon lui, « il est absurde de laisser passer de classe en classe des élèves accumulant les retards ».

Jean-Michel Blanquer souhaite ainsi abroger le décret de novembre 2014 sur les redoublements limités à des « cas exceptionnels ». A noter que selon Arrêts sur Images, le redoublement n’a jamais été « interdit » par le précédent gouvernement comme l’affirme le ministre, et que si « dans les faits, il a beaucoup diminué » depuis 2014, « la baisse remonte à bien avant » – le texte de Najat Vallaud-Belkacem n’ayant fait « qu’accentuer une dynamique existante. »

Pour Jean-Michel Blanquer, le redoublement « doit rester possible quand c’est dans l’intérêt de l’élève, et dans des cas qui doivent rester rares ». Arrêts sur Images s’interroge : « des cas « rares », alors que le décret de 2014 insistait sur son caractère ‘exceptionnel’. Quelle est la nuance ? »

classe primaire

© Syda Productions – Fotolia

Sur BFMTV, le ministre a précisé que « ces trois dernières années, on a donné comme message que le redoublement devait être évité à tout prix », mais que « l’on doit aussi le considérer comme un des outils que l’on a, qui parfois peut être bénéfique pour un élève » – et qu’il « ne faut pas s’empêcher de le faire ».

Des « stages de remise à niveau » à la fin de l’été

Afin de lutter contre l’échec scolaire, la « première des réponses » est, pour Jean-Michel Blanquer, « l’accompagnement tout au long de l’année ». Ainsi, le ministre de l’Education souhaite-t-il mettre en place des « stages de soutien gratuits » avant l’entrée en 6e, pour que tous les élèves sortis de l’école primaire entrent au collège avec les « mêmes bases solides ».

Selon lui, « ces stages de remise à niveau » d’une semaine « seront proposés fin août », en priorité dans les REP (réseaux d’éducation prioritaire), puis, « si possible, plus largement ». Ils seront centrés sur le français et les mathématiques, et seront dispensés par des « enseignants volontaires » rémunérés en heures supplémentaires. Ils ne seront pas obligatoires, mais seront « conseillés » aux familles d’enfants en difficulté.

Des chorales et des « pratiques instrumentales » dans « toutes les écoles »

Outre son dispositif « devoirs faits », qui permettra, grâce à des « études dirigées », aux élèves (en particulier les collégiens) de faire leurs devoirs à l’école, Jean-Michel Blanquer  propose de renforcer la place, « insuffisante en France », de l’éducation musicale, en secondaire mais aussi en primaire.

Le ministre voudrait ainsi introduire, « dans toutes les écoles et collèges », des chorales, et encourager « les pratiques instrumentales et les concerts ». Et de souhaiter « une prochaine rentrée en musique, dans un maximum d’endroits dès cette année, en mobilisant les élèves de l’année précédente ou des orchestres extérieurs ».

Dédoublement des classes de CP-CE1 : « il n’y aura pas de réduction de moyens »

Mesure emblématique du programme éducation d’Emmanuel Macron, le dédoublement des classes de CP et CE1 en REP et REP+ devrait commencer dès la rentrée 2017. « Nous voulons concentrer nos efforts là où cela est nécessaire. L’objectif est clair : le dédoublement des classes de CP en REP+ dès la rentrée 2017 et de toutes les classes de CP et CE1 en REP et REP+, en 2018″, explique Jean-Michel Blanquer au Parisien.

Afin d’obtenir « 100% de réussite en CP », le ministre de l’Education prévoit, dès la rentrée 2017, d’appliquer « le format de 12 élèves par classe » dans 2300 classes de CP en REP+. Selon lui, « le taux d’encadrement des autres classes ne sera pas dégradé », et « il n’y aura pas de réduction de moyens, au contraire ».

Pour lui, pas question de « casser » le dispositif  « plus de maîtres que de classes » (PDMQDC) : se voulant « pragmatique », il assure « adapter pour la rentrée prochaine, ce qui est possible physiquement et humainement ». Ainsi, quand le dédoublement des classes de CP sera impossible en raison d’un « manque de » locaux » (notamment dans le Bas-Rhin et en Haute-Garonne), Jean-Michel Blanquer propose de « concentrer le PDMQDC sur le CP », afin de « rendre le CP plus efficace », mais aussi de « voir comment évoluent ces deux dispositifs ».

Source(s) :
  • Le Parisien, LudoMag, BFMTV

3 commentaires sur "Avant la rentrée, Jean-Michel Blanquer prépare son plan de lutte contre l’échec scolaire"

  1. rastas  13 juin 2017 à 10 h 08 min

    Pourquoi continuer à fermer des petites écoles pour arriver à diviser les classes de primaire à douze élèves après les regroupements dans des pôles??Signaler un abus

    Répondre
  2. Anthony  17 juin 2017 à 19 h 09 min

    Ces déclarations sont contredites sur le terrain : dans beaucoup de départements, les postes du dispositif « Plus de maîtres que de classes » sont supprimés pour pouvoir mettre en place cette mesure… Dans la communication tout va bien, dans les faits cette mesure précipitée et sans moyens supplémentaires pose des problèmes !Signaler un abus

    Répondre
  3. Mahut  28 août 2017 à 19 h 04 min

    Très bonne intervention du nouveau ministre J.M Blanquer ! enfin un ministre qui semble attaquer à la racine , avec rationalisme , objectivité et courage, les nombreux problèmes réels de l’Education Nationale (niveaux réels et comportements réels des élèves, formation et nombre des enseignants, structure diverses, temps de travail et de vacances….) avec dès le primaire ( et ensuite je pense dans le secondaire progressivement), des propositions de bon sens et de courage pour tenter d’améliorer le niveau et les conditions de vie scolaire des élèves et des enseignants avec des vrais leviers .
    Bravo , je pense que ce sera un très bon ministre de l’Education Nationale ou de l’Instruction Nationale en se recentrant (enfin !) sur la maîtrise tant attendue et tant nécessaire des fondamentaux en Français, Mathématiques , Langues et Comportement et Respects des autres.
    En espérant que les diverses et nouvelles réformes qui s’amorcent, porteront leurs fruits avec la meilleur efficacité possible, par et pour la plus grande partie possible des élèves ou des professeurs qui y adhéreront.
    C’est un défi crucial pour l’avenir des jeunes tout comme l’est celui du nombre et de la qualité professionnelle des enseignants qui sont en place ou qu’il faudra recruter pour mener à bien ce projet natinal  » éducatif » et de « transmissions des savoir » si fondamental . Bienvenue et merci à Mr BLANQUERSignaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous