Le CSE vote contre les textes du ministère sur les rythmes scolaires et le collège

Le 8 juin, le CSE a voté contre les projets de décret et d'arrêté de Jean-Michel Blanquer sur les rythmes scolaires et la réforme du collège. L'avis du CSE reste consultatif, mais reflète des divisions au sein des syndicats enseignants.

Silence, on lit / Collège de Banon

Silence, on lit / Collège de Banon

Le 8 juin 2017, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale, a présenté aux syndicats d’enseignants, réunis au CSE (Conseil Supérieur de l’Education), un projet de décret sur les rythmes scolaires, ainsi qu’un projet d’arrêté sur le collège.

Après avoir examiné ces deux textes, qui visent à détricoter les réformes mises en place par Najat Vallaud-Belkacem durant le précédent quinquennat, le CSE (qui regroupe 48 personnels de l’Education nationale, mais aussi une dizaine de parents d’élèves et 12 collectivités territoriales) a voté contre, mettant en lumière une certaine division chez les enseignants.

Rythmes scolaires : 35 contre, 21 pour

Concernant le décret sur les rythmes scolaires, qui donne au Dasen (directeur académique des services de l’Education nationale), « saisi d’une proposition conjointe d’une commune et d’un ou plusieurs conseils d’école », la possibilité « d’adapter » l’organisation de la semaine scolaire, et permet ainsi le retour à 4 jours de classe par semaine au primaire, 35 membres du CSE ont voté contre (parmi eux, la FCPE et le SE-UNSA), et 21 pour (notamment le SNUipp-FSU et le SNALC).

Sur son site, le SNUIPP indique avoir « voté pour », mais ne pas donner « un blanc-seing » à Jean-Michel Blanquer et à sa politique éducative. « Le nouveau décret ouvre la porte aux 4 jours, sans pour autant refermer celle des 4,5 jours qui doivent perdurer partout où les conseils d’école le demandent », note le syndicat, qui ne s’estime « pas dupe d’un décret pressé par le calendrier électoral ».

Le SNUIPP « préoccupé par la précipitation » du ministère

Préoccupé par « cette précipitation qui impose aux écoles, aux familles et aux collectivités locales des modifications importantes de la semaine scolaire à trois mois de la rentrée scolaire », et par un décret qui « orchestre un désengagement de l’État dans le domaine du périscolaire, sans se préoccuper de la situation de l’emploi de milliers de personnels territoriaux », le SNUipp-FSU explique avoir voté pour afin de « prendre acte de la volonté majoritaire de la profession de pouvoir bénéficier d’organisations de la semaine sur 4 jours ou 4 jours et demi ».

A contrario, le SE-Unsa, qui a voté contre, estime que le décret proposé risque, en « faisant sauter le verrou des 5 matinées de classe », de réduire les « temps de qualité pour l’apprentissage des élèves, surtout les plus fragiles ».

Le CSE : un vote qui reste consultatif

Concernant le projet d’arrêté destiné à accroître l’autonomie des collèges, afin de permettre à ces derniers de supprimer les EPI (enseignements pratiques interdisciplinaires) et de rétablir en 6e des options latin et des classes bilangues, 26 membres du CSE ont voté contre (parmi eux, la FCPE et le Sgen-CFDT), et seulement 8 pour (dont le SNPDEN et le SNALC). 24 membres se sont abstenus de voter : parmi eux, le SNES et le SE-Unsa.

Sur son site, le SGEN déplore une « occasion manquée » de Jean-Michel Blanquer de « réaffirmer la priorité au socle commun ». Selon le syndicat, « la Refondation dessinait une cohérence entre celui-ci, les programmes, les cycles et la réorganisation des enseignements du collège ».

Même si, estime-t-il, « il ne s’agit pas de dire que l’ensemble était intangible et imperfectible », les enseignements facultatifs rendus possibles par le projet d’arrêté « rétablissent  en partie les anciennes structures du collège ». Or, « celles-ci n’étaient pas conçues pour atteindre l’objectif du socle, mais ont aussi tendance à creuser les inégalités par une ségrégation des publics ».

Pour le SGEN, la « marginalisation » des EPI qui « visaient à une meilleure différentiation pédagogique » pourrait finalement « rapidement ouvrir la porte à une fragilisation de l’objectif du socle commun ».

« Rappelons toutefois que le vote du CSE n’est que consultatif et que les ministres de l’éducation peuvent ne pas en tenir compte », écrit Philippe Watrelot, prof de SES et ex-président du CRAP-Cahiers Pédagogiques, sur Facebook.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous