Les « Devoirs faits » seront proposés à « des milliers de jeunes » du service civique

Le dispositif "Devoirs faits" devrait être lancé dès la rentrée 2017. Il sera encadré par des profs payés en heures supplémentaires et des assistants d’éducation, mais aussi par "des milliers de jeunes" du service civique.

collègeAvec son dispositif « Devoirs faits », Jean-Michel Blanquer veut permettre aux élèves (en particulier les collégiens) de faire leurs devoirs à l’école, et non chez eux.

Les « Devoirs faits », dès la rentrée 2017 ?

« Il est important que chaque enfant puisse travailler individuellement, au calme, pour faire des exercices, répéter ses leçons ou exercer sa mémoire et son sens de l’analyse », estime le ministre de l’Education nationale dans Les Echos.

Cette mesure, qui rejoint une promesse du programme d’Emmanuel Macron sur « les études dirigées », devrait être mise en place dès la rentrée 2017. Ainsi, Jean-Michel Blanquer explique à Europe 1 « faire le maximum pour que ce soit dans le maximum de collèges à la rentrée prochaine. On travaille d’arrache-pied pour arriver à des résultats de ce type qui vont changer le quotidien des familles ».

« Une société qui est autour de son école, et qui l’aide »

Mais quid de l’encadrement des collégiens ? Pour le ministre, « la notion d’étude dirigée, si l’on reprend ce terme ancien, va nous conduire à mobiliser des professeurs pour des heures supplémentaires ». Mais Jean-Michel Blanquer annonce aussi tout « un éventail d’intervenants ».

Ainsi, explique-t-il au micro d’Europe 1, « avec les professeurs et les assistants d’éducation, une grande mobilisation du service civique sera lancée pour avoir plusieurs milliers de volontaires jeunes, en train de finir leurs études, à qui nous proposerons ces missions ».

« C’est très significatif de cette école de la confiance que je souhaite faire avancer, c’est-à- dire une société qui est autour de son école, et qui l’aide », conclut le ministre.

3 commentaires sur "Les « Devoirs faits » seront proposés à « des milliers de jeunes » du service civique"

  1. Marianne  8 juin 2017 à 14 h 19 min

    Une belle arnaque, sous couvert d' »aider les élèves »….

    Un Volontaire en Service Civique, recruté sans aucune exigence de qualification, travaille dans l’Education 30h par semaine, « indemnisé » 580€/mois – ce qui en fait une énième variété de « travailleur pauvre ».

    Sur ces 580€ l’employeur Education nationale n’a à sa charge que 107€ par mois, ce qui pour 4 X 30h = 120h de travail par mois, représente un « coût du travail » de même pas 1€ de l’heure. Si c’est une association qui met ses Volontaires à disposition d’un collège, le coût de cette main d’oeuvre pour l’Education nationale tombe à zéro.

    A votre avis, l’Education nationale, quand elle met en place l' »aide aux devoirs » en recourant indifféremment à un Service Civique sans contrat de travail et coûtant 1€ de l’heure, ou à un salarié (surveillant au SMIC, ou prof en heures sup)
    1/ en pratique, elle va être tentée d’utiliser plutôt qui ?
    2/ son objectif est :
    – pédagogique dans l’intérêt des élèves ? (réponse A)
    – de faire des économies en ne créant pas d’emplois et en surexploitant les jeunes qui feront l' » aide aux devoirs » en tant que « volontaires » au lieu de la faire comme salariés ? (réponse B)Signaler un abus

    Répondre
  2. Sherling  9 juin 2017 à 14 h 58 min

    Si cela s’applique au collège, laissez moi en rire. Ayant été assistante d’éducation, nous avions déjà des élèves toute la journée en permanence (qui sont donc censé faire leurs devoirs). Certains faisaient déjà leurs devoirs (pour les plus studieux, donc ceux qui ont toujours leurs devoirs faits) mais c’est loin d’être le cas de tous les élèves (pour plusieurs raisons comme « pas d’affaires » ou « j’ai pas envie »). Les pires heures d’études ? Celles avec environ 50 élèves et celles de fin de journée avec des élèves qui ne veulent rien faire (car fatigués, car on veut rigoler avec les copains etc…). Bref, un fiasco en perspective… (mais c’est pas grave, pendant ce temps là on réduit artificiellement le chômage des jeunes avec le service civique, c’est à dire de l’emploi sous-payé)Signaler un abus

    Répondre
    • Clio  9 juin 2017 à 21 h 46 min

      Je partage votre avis. Professeur d’histoire-géographie, j’enseigne dans un collège où les études dirigées existent déjà mais elles sont choisies, et non imposées bien sûr pour tous. Donc l’effectif est réduit. Maintenant, si tous les élèves d’un collège et de chaque classe se retrouvent dans de vastes études dirigées et bien elles n’auront plus rien de « dirigées » ces études mais vont se résumer à une vaste garderie !! Pour effectuer une aide personnalisée efficace des élèves, il en faut un petit nombre ! De plus, comme vous le précisez, au milieu des élèves disciplinés et volontaires, nous allons nous retrouver avec tous ceux que vous décrivez très bien et qui déjà, mettent le bazard dans les études au cours de la journée et le soir ! Autre chose, ces jeunes du service civique, sont-ils à même d’encadrer des collégiens, sans parler de les aider efficacement dans leurs devoirs ? Encadrer des collégiens, surtout en grand groupe, et surtout les collégiens d’aujourd’hui, ce n’est pas simple du tout !!Signaler un abus

      Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous