Marginaliser les EPI : « Une navrante régression » (FCPE, SE UNSA, SGEN-CFDT)

Plusieurs syndicats, dont le SE UNSA, le SGEN-CFDT et la FCPE, ont réagi à la volonté du ministère de l’Éducation de laisser les EPI à la « libre appréciation » des établissements. Cela serait pour eux "une navrante régression".

© Drivepix - Fotolia.com

© Drivepix – Fotolia.com

Le ministère de l’Éducation nationale s’apprête à publier un arrêté sur le collège (pdf) destiné à accroître l’autonomie des collèges. Présenté au Conseil supérieur de l’éducation (CSE) le 8 juin, l’arrêté devrait entrer en vigueur dès septembre 2017.

Il prévoit de laisser les EPI à la « libre appréciation » des établissements. Les 8 thématiques obligatoires seront suspendues : ainsi, les contenus de ces enseignements interdisciplinaires ne seront plus imposés par le ministère.

« Les EPI forment le citoyen de demain »

Plusieurs syndicats d’enseignants (SE UNSA, SGEN-CFDT), de lycéens et d’étudiants, les Cahiers pédagogiques, Éducation & Devenir et la FCPE jugent dans un communiqué de presse publié le mercredi 7 juin et intitulé Ne marginalisez pas les EPI, monsieur le ministre ! que cela « fragiliserait le dispositif des enseignements pratiques interdisciplinaires ». « Il y a un risque que tous les élèves n’en bénéficient pas. Ce serait à coup sûr un moyen de les marginaliser et de remettre en cause de fait une innovation qui pourtant était un élément fort des changements nécessaires du collège », est-il expliqué.

« Sous couvert d’autonomie et de « liberté » pédagogique, il envoie le signal aux enseignants que ce dispositif pourrait ne pas être pertinent, au moins pour certains élèves, alors qu’il s’agit d’une voie pourtant féconde et adaptée aux exigences de notre temps », peut-on lire dans le communiqué.

« Pourtant, les EPI ont permis à de nombreux projets d’éclore, projets souvent ingénieux et permettant de traiter de questions essentielles pour former le citoyen de demain, autour du développement durable, de la pratique des médias ou du dialogue des cultures et des arts par exemple », soulignent les syndicats.

« Une navrante régression » pour les syndicats

« Les EPI ont vocation à former des élèves humanistes », expliquait en 2015 Christophe Chartreux, professeur de Lettres/Histoire-géo-Education civique, dans une interview à VousNousIls.fr. Pour lui, elles amènent « cette diversification, ces rencontres, ces dialogues, ces projets doivent permettre de former le citoyen de demain ». « Un citoyen qui ne sera plus un expert de sa seule spécialité mais sera confronté aux complexités d’un monde diversifié », ajoute-t-il.

Aux syndicats de conclure : « À l’heure où il est souligné par toutes les études internationales que l’enseignement doit mieux préparer les élèves à un monde en constante mutation technologique, leur permettre d’intégrer des compétences complexes, faire le contraire serait une navrante régression, en particulier en terme d’égalité réelle face à la réussite ».

4 commentaires sur "Marginaliser les EPI : « Une navrante régression » (FCPE, SE UNSA, SGEN-CFDT)"

  1. ylm  7 juin 2017 à 18 h 36 min

    Le titre de l’article est très trompeur, ça devrait être : « une navrante régression pour quelques syndicats et associations très (mais vraiment très) minoritaires ».Signaler un abus

    Répondre
  2. JeanJean  8 juin 2017 à 6 h 12 min

    Si les EPI sont si efficaces que ça, il n’y a pas besoin de la coercition pour qu’ils s’imposent d’eux même.Signaler un abus

    Répondre
  3. Lemaire  8 juin 2017 à 14 h 03 min

    Ah oui, l’autonomie, ce n’est pas simple. Il est bien plus facile d’attendre les consignes venues d’en haut. Et surtout, ça hausse la possibilité de se plaindre et de ne surtout rien changer.Signaler un abus

    Répondre
  4. profencolère  8 juin 2017 à 23 h 50 min

    Marre des syndicats qui ne représentent rien d’autre qu’eux-mêmes!!! Le référendum en entreprise: et pourquoi pas dans l’Éducation Nationale pour qu’enfin ceux qui bossent tous les jours devant 30 élèves puissent donner leurs avis (pragmatique et sensé)??????Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous