Erreur de sujet en odontologie: les candidats à l’internat devront repasser une épreuve

logo AFP

Les étudiants en odontologie qui ont passé le concours de l’internat mardi devront repasser une des deux épreuves le 30 juin, l’une des questions posées ayant déjà été traitée par certains d’entre eux au cours de leurs études, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

Mardi, 461 étudiants de toute la France ont passé à Rungis (Val-de-Marne) le concours national d’accès au 3ème cycle des études d’odontologie, a indiqué à l’AFP Pierre-Jean Bérat, président du syndicat national des internes en odontologie (SNIO).

Or, l’une des questions posées avait été utilisée « comme sujet d’étude à la faculté de Reims en 2010 », entraînant une « rupture d’égalité » entre les candidats, a-t-il ajouté. L’épreuve devra donc être repassée.

Sur son site, le Centre national de gestion des praticiens hospitaliers et des personnels de direction de la fonction publique hospitalière (CNG), chargé notamment de ce concours, souligne que cette rupture d’égalité entre les candidats est « de nature à entraîner l’annulation du concours en cas de contentieux, selon une jurisprudence constante ».

« Afin de rétablir l’équité entre tous les candidats, il a été décidé d’organiser une nouvelle épreuve de questions », le 30 juin à Rungis.

Dans un communiqué, le SNIO apporte son « soutien à tous les étudiants devant repasser le concours ». « Nous ne comprenons pas et trouvons inadmissible qu’une erreur aussi grossière ait pu avoir lieu », écrit le syndicat des internes.

Ce concours ouvre accès aux spécialités d’orthodontie, de chirurgie orale et de médecine bucco-dentaire, a précisé M. Bérat. Au total, 114 postes seront à pourvoir cette année.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous