Repas sautés et soins de santé négligés: la « priorisation malheureuse » de la jeunesse française (Croix-Rouge)

logo AFP

Des étudiants contraints de sauter des repas, des jeunes qui renoncent aux soins, faute d’argent : la paupérisation des jeunes adultes entraîne chez les plus démunis une « priorisation malheureuse » de leurs besoins, pointe la Croix-Rouge française dans un rapport publié mercredi.

« En France, un jeune sur cinq a renoncé aux soins. Or un premier indice de la précarité est de ne pas se faire soigner. 13.000 étudiants parisiens sautent quatre à six repas par semaine, faute de pouvoir se les payer », énumère son président Jean-Jacques Eledjam, qui cite des chiffres compilés par la Croix-Rouge.

Faire une croix sur ces dépenses relève d’une « priorisation malheureuse » de la part de personnes « paupérisées », observe-t-il.

Dans les 700 épicerie solidaires tenues par la Croix-Rouge, où les produits s’achètent à tarif réduit, la part des moins de 25 ans est passée de 11,9 en 2015 à plus de 13% en 2016. « Ce 1% d’augmentation est un marqueur important de la précarité des jeunes », a poursuivi M. Eledjam, qui n’a pu préciser combien de personnes étaient concernées.

Pour ces bénéficiaires, le « reste pour vivre moyen », qui équivaut à ce dont un foyer dispose en fin de mois une fois les charges fixes payées, ne dépasse par 85 euros, à diviser sur trente jours pour se vêtir et se nourrir, pointe le rapport.

« Il faut que l’Etat prenne conscience de la nécessité d’augmenter ses financements pour la promotion de la santé », a affirmé le président de la Croix-Rouge française, alors que nombre de jeunes pauvres ignorent les dispositifs d’aide sociale et de santé.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous