Les demandeurs d’asile aussi ont besoin de cours de français, plaide un collectif auprès de Macron

logo AFP

Les demandeurs d’asile devraient eux aussi bénéficier de cours de français, « droit fondamental » pour s’intégrer mais pour l’instant réservé aux seuls réfugiés, plaide un large collectif d’associations dans une lettre ouverte au président Emmanuel Macron communiquée mardi.

La formation linguistique « doit être considérée comme un droit fondamental, au même titre que l’accès à la santé, au logement et aux besoins élémentaires », souligne la lettre signée par le Secours catholique, la Ligue des droits de l’Homme, la Fédération des acteurs de la solidarité (FNARS) et l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (Inalco) notamment.

L’isolement dû à la barrière linguistique empêche la plupart des demandeurs d’asile « de se reconstruire, d’accéder à une autre société et de se libérer de leurs traumatismes », ajoutent les signataires, qui soulignent l' »investissement utile économiquement » de cet apprentissage linguistique pour permettre leur intégration, comme le rappelle régulièrement l’OCDE.

« En effet, cet investissement permet de favoriser l’autonomie des demandeurs d’asile pour qu’ils puissent continuer à être acteurs de leur vie et non pas maintenus dans une dépendance coûteuse dans tous les sens du terme », ajoute cette lettre également signée par la Cimade, France Terre d’asile, la Fédération de l’Entraide protestante, le centre Primo Levi et le Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP), ainsi que plusieurs universitaires.

Or « actuellement, l’État ne propose des formations linguistiques (…) qu’après l’obtention de la protection », soit souvent « après deux ou trois ans de séjour en France », soulignent les signataires.

« Réformer la politique linguistique envers les réfugiés est devenu une urgence », ajoute la lettre, qui demande à ce que, à l’occasion de la refonte de la Directive européenne Accueil qui sera votée en juin, l’apprentissage « soit inclus parmi les conditions minimales d’accueil des demandeurs d’asile ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous