La Jeunesse dépend du ministère de l’Education nationale

logo AFP

Les questions de jeunesse, d’éducation populaire et de développement de la vie associative incombent désormais au ministère de l’Education nationale et non plus au ministère de la Jeunesse et des Sports comme c’était le cas le plus souvent jusque-là, selon un décret publié jeudi au Journal officiel.

Parmi les décrets détaillant les attributions des membres du gouvernement d’Edouard Philippe, celui qui concerne le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer stipule qu’il « élabore et met en oeuvre la politique en faveur de la jeunesse et du développement de la vie associative ». « A ce titre, il veille notamment au développement de l’engagement civique et, pour le compte de l’Etat, à l’efficacité de l’action conduite par l’agence du service civique », précise ainsi le décret cosigné mercredi par le président Emmanuel Macron et le Premier ministre.

Jean-Michel Blanquer a donc, « conjointement avec le ministre des Sports, autorité sur l’inspection générale de la jeunesse et des sports » ainsi que « sur la direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative ».

Depuis l’annonce du gouvernement et la nomination de l’ex-championne d’escrime Laura Flessel au ministère des Sports le 17 mai, les questions de jeunesse avaient disparu des intitulés ministériels.

Elles reviennent finalement à la rue de Grenelle, comme cela a été le cas à de rares reprises par le passé, notamment de 2002 à 2004, lorsque la Jeunesse, rattachée aux Sports depuis des décennies, était entrée dans les attributions du ministre de l’Education nationale Luc Ferry.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous