J-M Blanquer sur Plus de maîtres que de classes : « J’ai entendu les craintes »

Lors de son déplacement à l'école primaire Albert Camus de Creil (Oise) mardi 23 mai, Jean-Michel Blanquer a évoqué les 12 élèves par classe et l'avenir du dispositif "Plus de maîtres que de classes".

Jean-Michel Blanquer lors de son déplacement à Creil (Oise) (photo : @jmblanquer)

Jean-Michel Blanquer lors de son déplacement à Creil (Oise) (photo : @jmblanquer)

Jean-Michel Blanquer a effectué son premier déplacement en tant que ministre de l’Éducation nationale dans un établissement scolaire mardi 23 mai à l’école primaire Albert Camus de Creil (Oise). Un établissement classé REP+ et donc concerné par les expérimentations des classes de 12 élèves annoncées par le ministre et déjà évoquées dans le programme d’Emmanuel Macron. Une mesure qui concernera 2 300 classes de CP dès la rentrée 2017.

« Nous allons accomplir la promesse du président des 12 élèves par classe, avec une opération 100% de réussite en CP. Cela concernera la plupart des classes de CP de REP+. Il faut que la France sente ce dynamisme en CP », a déclaré Jean-Michel Blanquer auprès des Echos, assurant qu’il serait « un ministre qui s’occupe de la résolution des problèmes à la racine ».

Évaluer le dispositif « Plus de maîtres que de classes »

Le ministre en a également profité pour répondre à l’inquiétude des syndicats et des enseignants sur le dispositif « Plus de maîtres que de classes », dont l’évaluation complète sera connue en fin d’année. Un dispositif jugé satisfaisant ou plutôt satisfaisant pour 85% des enseignants, d’après une enquête du SNUipp-FSU. Selon Libération, les 5 000 enseignants mis en place par Najat Vallaud-Belkacem devaient être réaffectés « en priorité » dans les REP+.

Le ministre a assuré à Europe 1 « avoir entendu ces craintes ». Il a ainsi certifié sur BFM TV qu’il fallait se laisser « le temps d’évaluer ce dispositif » et « en tirer progressivement les conséquences ». « Quand le dédoublement ne sera pas possible, on concentrera le dispositif plus de maîtres que de classes sur les seuls CP », a-t-il expliqué dans Les Echos.

Des devoirs faits au sein des établissements

Dans une interview donnée au Point, Jean-Michel Blanquer a également évoqué les devoirs à la maison : « Il doit y avoir des devoirs et ils doivent pouvoir être faits au sein de l’établissement grâce à un temps d’étude accompagné. Cela s’appellera ‘devoirs faits' ».

Une bonne nouvelle pour Liliana Moyano, la présidente de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE), interrogée par RTL : « Nous avons toujours dit, à la FCPE, que les devoirs à la maison étaient une source d’inégalités sociales et que ça crée énormément de conflits à la maison ».

Jean-Michel Blanquer face à Jean-Jacques Bourdin (10/05/17)

Source(s) :
  • Les Echos, SNUipp-FSU, Libération, Europe 1 , BFM TV, Le Point, RTL

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous