Ruquier défend Burggraf après la passe d’armes avec Vallaud-Belkacem

logo AFP

Laurent Ruquier a pris lundi la défense de la journaliste Vanesssa Burggraf, après un échange houleux avec Najat Vallaud-Belkacem, ex-ministre de l’Éducation, samedi soir dans l’émission « On n’est pas couché » sur France 2.

L’animateur vedette du talk-show s’est exprimé pour la première fois sur ce face-à-face, lundi, en direct sur Facebook, dans le « Buzz TV » de TV Magazine/Le Figaro.

Vanessa Burggraf imputait à l’ex-ministre du gouvernement Hollande la réforme de l’orthographe décidée en 1990.

« Ce n’était pas une approximation. C’est un fait: il y a eu une réforme de l’orthographe appliquée dans les écoles », a-t-il argué, « simplement, Najat Vallaud-Belkacem n’avait pas pris l’initiative de cette réforme. Sauf que cette réforme est passée lorsqu’elle était ministre de l’Éducation ».

Les modifications prévues par la réforme de 1990 avaient très peu été suivies d’effet jusqu’à la décision des éditeurs de les appliquer dans les manuels scolaires de la rentrée 2016.

Najat Vallaud-Belkacem niant être à l’origine de la réforme, avait ironisé en accusant la journaliste de propager une « fake news » (fausse information).

Laurent Ruquier, lui, estime que « ce n’est absolument pas une fake news », invoquant une information lue « dans des tas de journaux » avant de souligner: « Vanessa Burggraf n’a rien inventé. »

« La seule fake news, c’est de dire que Vanessa Burggraf a fait des fake news », a-t-il poursuivi, ajoutant une pique: « Madame Belkacem est fragile en ce moment, elle vient de perdre son emploi au gouvernement et, en plus, elle n’est pas sûre d’être à nouveau députée. »

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous