Législatives : le PS reprend des propositions éducation d’Emmanuel Macron

Dans la perspective des élections législatives, le Parti socialiste se réapproprie des mesures d'Emmanuel Macron en éducation. Notamment son projet de limiter à 12 le nombre d'élèves par classes en CP-CE1 dans les REP/REP+.

Ecoliers

© Syda Productions – Fotolia

Sur son site, le Parti Socialiste a diffusé son programme pour les élections législatives, intitulé « un contrat clair pour la France, une gauche constructive et vigilante ». Comme le remarque Le Monde, le projet du PS « devient Macron compatible », et gomme certains points du programme de Benoît Hamon.

12 élèves par enseignant en CP-CE1-CE2 dans les REP

Ainsi, en matière d’éducation, la gauche se réapproprie plusieurs projets du nouveau Président. Le PS ne promet pas d’offrir, comme le fait Emmanuel Macron, davantage d’autonomie aux établissements, ainsi qu’une « individualisation » des apprentissages, mais propose, dans les territoires de l’éducation prioritaire et en Outre-Mer, « pas plus de 12 élèves par enseignant » (pour 12.000 classes, en CP-CE1-CE2) – une mesure phare du fondateur d’En Marche.

Le Parti Socialiste reprend aussi la proposition d’une prime de 3000 euros par an pour les professeurs qui exercent en REP et REP+. Il prévoit par ailleurs de créer un « seuil maximum » de 25 élèves dans les zones non prioritaires.

Plus de revalorisation des salaires

Alors que Benoît Hamon proposait (contrairement à Emmanuel Macron) de revaloriser le salaire des enseignants, cette mesure a disparu dans le programme du PS. Et tandis que l’ancien candidat socialiste promettait de recruter « 40 000 enseignants supplémentaires », le parti propose de « recruter des enseignants, notamment des professeurs remplaçants » – mais sans donner de chiffres.

Le PS propose aussi, comme François Hollande en 2015, de « porter l’ambition que 60% d’une classe d’âge soit diplômée de l’enseignement supérieur dans les dix années à venir », et de « fixer l’objectif de 2% du PIB consacré » aux études universitaires.

4 commentaires sur "Législatives : le PS reprend des propositions éducation d’Emmanuel Macron"

  1. Chris  18 mai 2017 à 14 h 53 min

    « pas plus de 12 élèves par enseignant » (pour 12.000 classes, en CP-CE1-CE2)

    Certes mais:

    – sur le cycle 2 entier quand la mesure Macron s’arrête étrangement au CE1 (sans doute pour une logique comptable)

    – et surtout sans détricoter le « Plus de maîtres que de classes » en ponctionnant des postes sur « Pierre pour habiller Paul ».Signaler un abus

    Répondre
    • caphel  18 mai 2017 à 22 h 51 min

      Les maîtres supplémentaires méritent le respect. Pour tout changement de fonction ou d’école il existe ce qu’on appelle le mouvement. Cette mesure ne respecte pas la procédure, c’est du passage en force. Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation.Signaler un abus

      Répondre
  2. Jacques Delacour  19 mai 2017 à 15 h 52 min

    Conclusion d’une expérimentation d’une réduction des effectifs en cours préparatoire :
    allez voir sur http://www.education.gouv.fr/cid21739/l-experimentation-d-une-reduction-des-effectifs-en-cours-preparatoires.html
    On peut lire :
    « À la rentrée 2002, une centaine de cours préparatoires accueillant surtout des élèves défavorisés ont expérimenté les effets d’une réduction de leurs effectifs à 8-12 élèves. Au cours et à la fin de l’année de C.P. , les élèves de ces classes ont un peu plus progressé que leurs camarades de classes comparables, mais les inégalités de départ n’en sont pas réduites et, une fois en CE 1 , ces élèves ont des performances équivalentes aux autres.
    Les effets de la réduction des effectifs sur les pratiques d’enseignement sont limités : il n’y a pas de différences significatives entre celles des maîtres des C.P. à effectifs réduits et leurs collègues, et une extrême diversité des pratiques est constatée chez les uns comme chez les autres. Ainsi, s’il y a eu des classes dans lesquelles les élèves ont plus progressé que dans d’autres ; ceci est vraisemblablement dû à des effets de contexte ou aux pratiques de leurs enseignants, mais non pas à la taille de leurs effectifs. »
    Curieux, non ? A quoi peuvent bien servir les expérimentations ? …Qui était à la manœuvre à l’époque ?

    Même pédagogie, mêmes effets. C’est l’entrée en écrit qu’il faut changer. Commencer par coder au lieu de décoder. Depuis 40 ans j’attends une expérimentation de mes propositions… C’est dire l’oreille qu’on prête aux praticiens… Signaler un abus

    Répondre
  3. Viviane Micaud  28 mai 2017 à 18 h 14 min

    Le programme du PS ne dit pas 12 élèves par classes mais 12 élèves par enseignant. Ce qui permet des classes de 18 et un enseignant expérimenté pour 2 classes qui travaillent avec les deux enseignants.
    Les expérimentations montrent que la deuxième solution est plus efficace.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous