Agnès Buzyn à la Santé: les professionnels espèrent tourner la page d’un quinquennat houleux

logo AFP

Les médecins et établissements de soins ont globalement bien réagi à la nomination mercredi au ministère des Solidarités et de la Santé d’Agnès Buzyn, professeur d’hématologie qui présidait la Haute Autorité de Santé (HAS) depuis 2016, espérant tourner la page d’un quinquennat houleux avec Marisol Touraine.

– Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF, premier syndicat de médecins libéraux (généralistes et spécialistes) s’est dit « sceptique et extrêmement inquiet ». « Nous sortons de cinq ans de conflit et d’absence de dialogue avec » la ministre de la Santé Marisol Touraine, a-t-il déclaré à l’AFP, se demandant si Agnès Buzyn « n’est pas dans sa lignée ».

– Claude Leicher, le président de MG France, le premier syndicat de médecins généralistes libéraux, a au contraire salué la nomination d’une « grande professionnelle », d’un « médecin » qui « connait très bien de l’intérieur le système de santé ». (à l’AFP)

– La FMF (généralistes et spécialistes) a adressé « toutes ses félicitations à la nouvelle ministre », sa nomination devant « être l’occasion de s’éloigner du dogmatisme et de la pseudo concertation imposés ces cinq dernières années ». Elle « soutiendra le président de la République dans sa volonté de réforme ». (communiqué)

– Le SML (généralistes et spécialistes) salue aussi la « désignation » d’Agnès Buzyn, l’appelant « à restaurer la confiance avec la profession par des engagements forts ». « Après un quinquennat d’incompréhension et de conflits inédits, un changement de méthode est attendu et nécessaire », a estimé le syndicat, prêt à « apporter sa contribution » (communiqué).

– L’Isni, principal syndicat d’internes en médecine, a « salué la nomination d’un médecin et enseignante-chercheuse » à un « poste clé » tout en demandant à « être reçu de toute urgence » pour aborder les « risques psycho-sociaux » chez les internes ou encore leur formation (communiqué).

– Le président de la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP), Lamine Gharbi, s’est dit « ravi » de la nomination de Mme Buzyn, qui « connaît parfaitement le secteur hospitalier ». Il sera « très attentif » au « respect de l’égalité » entre les différents secteurs de la santé, soucieux de « tourner la page après cinq années » de « dogmatisme » à l’égard du privé, a-t-il déclaré à l’AFP.

– La Fédération hospitalière de France (FHF, qui représente les établissements publics), s’est dite « sensible à la nomination d’une personnalité qui connaît parfaitement les enjeux et la complexité du secteur » et « ne doute pas » que Mme Buzyn « saura rétablir une relation de confiance (…) avec la communauté hospitalière ». La FHF sera « un partenaire constructif, vigilant et ouvert au dialogue », a souligné son président Frédéric Valletoux. (communiqué)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous