Les enseignants contre la fin du « plus de maîtres que de classes »

Emmanuel Macron voudrait réduire à 12 le nombre d'élèves par classe dans les zones prioritaires au détriment du dispositif "plus de maîtres que de classes". Certains enseignants ne sont pas d'accord.

prof et écoliers

wavebreakmedia – Shutterstock

Mis en place pendant le quinquennat de François Hollande, le dispositif  « plus de maîtres que de classes », dont l’évaluation complète sera connue en fin d’année, pourrait être remplacé par le projet des « 12 élèves par classe » dans les zones d’éducation prioritaire voulu par Emmanuel Macron. Cette mesure vise notamment à rattraper le retard de la France sur les autres pays de l’OCDE et aurait pour effet de faire passer le nombre de classes, dans ces zones, de 12 000 à 24 000.

D’après le programme d’Emmanuel Macron, 12 000 profs des écoles « porteront ce projet ». Pour cela, le candidat prévoit de « réorienter » entre 6 000 et 10 000 postes, sur les 60 000 créés au cours du quinquennat Hollande, et d’en créer entre 4 000 et 5 000. Pour inciter les professeurs à rejoindre les établissements concernés, une « prime annuelle de 3 000 euros net » devrait être proposée aux volontaires.

85% des enseignants satisfaits par le dispositif

Selon Libération, les 5000 enseignants du dispositif « Plus de maîtres que de classes » mis en place par Najat Vallaud-Belkacem devraient être réaffectés « en priorité » dans les REP+. D’après l’entourage d’Emmanuel Macron, la mesure devrait s’appliquer dès septembre 2017 pour les CP des zones d’éducation prioritaire, les CE1 faisant l’objet d’une « montée en charge » du dispositif durant le quinquennat.

Les enseignants, de leur côté, appellent le Président à revoir sa copie. Ainsi, une pétition a été lancée « Pour la pérennisation du dispositif PDMQDC ». Elle signale les effets positifs aussi bien sur les élèves que sur les enseignants, notamment « l’aide régulière et soutenue sur l’ensemble de l’année scolaire, mais modulée en cours d’année et axée sur le parcours des élèves » ou « une expertise didactique centrée sur les apprentissages fondamentaux qui permet de renouveler les pratiques communes ». Pour 85% des enseignants, le dispositif est jugé satisfaisant ou plutôt satisfaisant, selon une enquête du SNUipp-FSU.

Un dispositif salué sur Twitter

6 commentaires sur "Les enseignants contre la fin du « plus de maîtres que de classes »"

  1. @Naerrami  16 mai 2017 à 17 h 40 min

    Bonjour @vousnousils,
    Il y a même une pétition qui marche plutôt bien regroupant enseignants, formateurs, chercheurs concernés par le dispositif et qui souhaitent le défendre et rendre visible son efficacité reconnue par le plus grand nombre.
    Presque 1300 signatures en 24 heures!
    https://www.change.org/p/emmanuel-macron-ne-détricotons-pas-le-dispositif-pdmqdc/w?source_location=petition_navSignaler un abus

    Répondre
  2. Densi  17 mai 2017 à 15 h 38 min

    En 40 ans de métier c’était la seule réforme réellement ambitieuse, novatrice et efficace que j’avais connue. Elle avait un impact aussi bien sur l’élève avec un ajustement rapide et autonome de l’équipe que sur l’équipe car ce type de pratique oblige à confronter ses pratiques. Les CP dédoublés ont déjà existé sans faire preuve d’autant d’efficacité!
    Alors les 2 pourquoi pas si l’on veut frapper un grand coup (cela permettra au maître sup d’intervenir plus haut) mais pas de suppression.Signaler un abus

    Répondre
  3. Leleup  18 mai 2017 à 21 h 29 min

    Que veut-on ? La réussite des élèves. Comment l’obtenir ? Entre autres, par la capacité des professeurs à améliorer leurs pratiques. Eh bien, nous tenions là (enfin !) une réponse structurelle intelligente. Le travail en équipe, l’analyse des pratiques par les regards croisés, la cohérence des choix pédagogiques au sein d’une même école, tout cela ne se fait pas dans l’injonction. Il fallait un dispositif qui instaure, par son organisation propre, ces postures au quotidien. C’est le dispositif « Plus de Maitres que de Classes ». Un dispositif qui a ouvert les portes des classes et rempli la salle des maitres de discussions sur des éléments très concrets de notre fonctionnement. Un dispositif qui démultiplie les compétences professionnelles acquises et validées par la réussite des élèves. Un dispositif qui accompagne réellement les jeunes professeurs débutants. Alors Monsieur MACRON, ne refermez pas les portes des classes !Signaler un abus

    Répondre
  4. JULIE MEUNIER  19 mai 2017 à 13 h 02 min

    Maintenant plus de 7300 signatures. C’est que les enseignants y tiennent vraiment, à ce dispositif.Signaler un abus

    Répondre
  5. Zitoun  20 mai 2017 à 7 h 42 min

    C’est sûr, c’est bien le PDMQDC. Mais des classes à 12 élèves, qui peut contester sérieusement que c’est encore beaucoup plus ambitieux et que ça sera encore beaucoup plus puissant pour faire progresser les élèves ? Alors s’il faut sacrifier le premier dispositif pour avoir le second, franchement, je ne trouve pas qu’il y ait vraiment motif à contestation ou ralerie. Merci de ne pas faire croire qu’une quasi-unanimité des enseignants s’y oppose !Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous