Mayotte: un maire clôt les inscriptions scolaires en raison de classes surchargées

logo AFP

A Mayotte, le maire de Koungou (nord de l’île) a clos les inscriptions dans les écoles maternelles de sa commune pour la rentrée prochaine, car « il n’y a pas assez de classes » pour accueillir l’ensemble des élèves à scolariser, a-t-il indiqué lundi à l’AFP.

« On reçoit tous les enfants des îles voisines », a expliqué Assani Saindou Bamcolo, évoquant la forte pression migratoire en provenance des Comores que subit le 101e département français.

« On ne peut pas pousser les murs », a regretté l’élu qui s’interroge sur la mise en application de la mesure du nouveau président de la République (Emmanuel Macron souhaite des classes à 12 élèves en CP et en CE1 dans les écoles relevant de l’Éducation prioritaire) dans des écoles mahoraises qui fonctionnent déjà en rotation.

En effet, pour remédier au manque de places dans certaines écoles de l’île, un système de rotation a été créé: la moitié des élèves de l’école ont cours le matin, l’autre moitié l’après-midi.

« Tous les jours, on reçoit cinq familles qui viennent scolariser leurs enfants », explique Boinaidi Hamidani, responsable des affaires scolaires de la mairie de Koungou qui précise que depuis trois ans, aucune salle de classe n’a été construite en raison de problèmes de passation de marchés publics et de foncier.

Interrogé par l’AFP, le vice-rectorat a indiqué que 2.700 élèves supplémentaires dans le second degré et 836 élèves supplémentaires dans le premier degré étaient attendus à la rentrée scolaire prochaine.

Cette hausse représente 6,7% en 2017 contre une hausse de 6,3% en 2016. D’après les prévisions du vice-rectorat, plus de 97.600 élèves devraient être scolarisés à la rentrée prochaine pour une population totale de 212.600 habitants au dernier recensement (2012).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous