Dépression : la méditation, meilleur remède contre les rechutes ?

La méditation serait aussi efficace que certains antidépresseurs pour éviter les rechutes. Entretien avec Laurence Lanfumey, directeur de recherche à l’Inserm.

laurence lanfumey inserm

Laurence Lanfumey

Si la méditation est de plus en plus utilisée dans les cas de dépression, le côté « ésotérique » de cette thérapie alternative peut interroger. Pourtant, selon Laurence Lanfumey, directeur de recherche Inserm, l’efficacité de la méditation pour diminuer les rechutes a été prouvée par des recherches cliniques.

Quelles sont les manifestations de la dépression et à quoi est-elle due ?

Il existe plusieurs sortes de dépressions. Certaines se manifestent par une forte baisse de régime, alors que d’autres se traduisent par une hyperactivité importante. Dans tous les cas, les mécanismes sont très complexes et on ne sait pas exactement ce qui se passe dans le cerveau d’un dépressif, même si certaines pistes permettent de mieux le comprendre.

Plusieurs hypothèses existent, complémentaires les unes des autres. La première a été élaborée dans les années 50, quand certains médecins se sont rendu compte que des médicaments prescrits contre la tuberculose rendaient les patients euphoriques. En observant leurs effets neurologiques, ils ont constaté que ces médicaments augmentaient le taux de monoamines, molécules qui participent à la circulation des informations dans le cerveau. D’où l’hypothèse que si les patients aux monoamines augmentés étaient euphoriques, les dépressifs devaient en manquer. Cette hypothèse reste vraie aujourd’hui, mais on s’est rendu compte qu’elle n’était pas suffisante pour expliquer toutes les dépressions.

En cherchant d’autres explications, les scientifiques ont remarqué que l’origine des dépressions était souvent liée à un stress. Or, les hormones du stress jouent beaucoup sur ce qu’on appelle la plasticité cérébrale,  une propriété qui aide le cerveau à s’adapter tous les jours à notre environnement, en créant par exemple de nouvelles synapses (1) lorsqu’on apprend quelque chose. On pense donc que la dépression est aussi liée à une baisse de la plasticité neuronale.

Comment la méditation peut-elle agir sur les états dépressifs ?

On constate que les interventions de type méditation (tout comme les antidépresseurs ou l’exercice physique) augmentent la plasticité neuronale, notamment entre l’hippocampe et le cortex frontal, deux structures du cerveau. C’est comme une espèce de muscle qu’on viendrait renforcer par la méditation.

Certaines études prouvent-elles l’efficacité scientifique de la méditation ?

Dans les cas de dépressions passagères, liées à un événement de vie comme une maladie, la perte de quelqu’un, la perte de travail, on peut traiter la dépression grâce à la méditation. Mais dans les dépressions majeures où il n’y a pas de facteurs connus, elles doivent être traitées par les médicaments. La méditation peut alors être une aide, pour diminuer le nombre d’antidépresseurs par exemple.

Ensuite, lorsqu’on ne prend plus de médicaments, continuer la méditation peut diminuer le risque de rechute. Cela a été prouvé de façon vraiment statistique, par des publications scientifiques. Par ailleurs, les méthodes d’imagerie cérébrale ont montré que la méditation pouvait augmenter l’efficacité de certaines zones neuronales, en particulier la relation entre le cortex frontal et l’hippocampe, comme le font les médicaments.

Les médecins pratiquent-ils la méditation à l’hôpital ?

Il existe des diplômes universitaires formant à la méditation dans le domaine de la santé. A l’hôpital Sainte Anne à Paris, où je travaille, il y a des services spécialisés, avec des psychologues ou des médecins formés. Ils donnent des séances de méditation en groupe, pour apprendre aux patients à méditer. Ensuite les patients doivent faire des séances chez eux.

Si l’on veut pratiquer la méditation dans le cadre d’un état dépressif, attention à l’effet de mode : il faut être conscient que tout le monde peut mettre une plaque de méditation sur sa porte. Pour être sûr de trouver un bon spécialiste, il faut s’adresser à des médecins et voir s’ils ont des réseaux avec des psychologues qui pratiquent la méditation, et qui ont bénéficié d’une formation reconnue par l’Université.

Note(s) :
  • (1) Zone de contact entre deux neurones.

1 commentaire sur "Dépression : la méditation, meilleur remède contre les rechutes ?"

  1. Jo COHEN  11 mai 2017 à 10 h 13 min

    La dépression touche de plus en plus de personnes en France, dont 80% sont des femmes. Trouver des traitements alternatifs aux antidépresseurs est une approche qu’il faut continuer à développer. Une étude a été publiée à ce sujet le mois dernier. Elle a été conduite par le professeur Hector Mayers, directeur du Clinical Training du département de psychologie à UCLA (Université de Californie). L’étude a montré que les sujets ayant pratiqué la méditation transcendantale pendant un an avaient vu leurs symptômes réduits de moitié. Cette approche non médicamenteuse repose sur le fait que la méditation transcendantale accroît la cohérence des EEG au niveau du cortex préfrontal et apaise l’hippocampe qui grossit et s’active pendant les états dépressifs.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous