Débat entre Macron et Le Pen : au milieu du pugilat, un peu d’éducation

A 4 jours du second tour de la présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont affrontés à la télévision. Au milieu de cette joute verbale, ils ont parlé d’éducation.

Débat de l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen / TF1

Débat de l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen / TF1-F2

A l’approche du second tour de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont affrontés hier soir, sur le plateau de France 2 et TF1, lors d’un débat très brutal. Mais au milieu du pugilat, les candidats ont parlé, un peu, d’éducation.

« La mère des batailles, c’est l’école primaire » (Emmanuel Macron)

Emmanuel Macron a présenté son projet pour l’école, qui est « d’abord de concentrer les moyens » sur l’école primaire. « Nous avons aujourd’hui 20% des élèves qui ne savent pas bien lire ou compter en CM2 : ils seront en échec scolaire au collège, et on les retrouvera dans ces 150.000 jeunes sortis du système à 18 ans », a-t-il expliqué.

Pour le candidat d’En Marche!, « la mère des batailles, c’est le primaire ». Et d’expliquer vouloir « rétablir les heures d’enseignement, dont le français, qui ont été retirées ces dernières années à l’école », ainsi que « les classes bilangues et l’enseignement du latin au collège », et « les travaux dirigés, essentiels, car dans une famille modeste, les inégalités se recréent une fois à la maison ».

Emmanuel Macron lors du débat de l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle / TF1-F2

Emmanuel Macron lors du débat de l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle / TF1-F2

Emmanuel Macron est ensuite revenu sur la réforme centrale de son programme éducatif : la réduction, dans les REP/REP+ (« où la pauvreté et les problèmes se concentrent »), du nombre d’élèves par classes en CP-CE1. « C’est à cet âge que l’on fait l’apprentissage de la langue et des fondamentaux. On limitera donc à 12 le nombre d’élèves, ce qui signifiera 12.000 postes d’enseignants, pour partie redeployés et pour partie embauchés », a-t-il expliqué.

Le candidat centriste a ensuite présenté son « projet en matière d’orientation », à la fin du collège et du lycée. « Je veux faire un effort pour rendre les entreprises, les formations universitaires et le post-Bac, davantage présents, afin d’expliquer les débouchés aux élèves de milieu modeste, qui sont aujourd’hui mal orientés et ne savent pas où aller ».

Dernier point abordé par Emmanuel Macron : le développement de l’apprentissage. « Beaucoup de nos jeunes ne vont pas réussir à travers des formations académiques, et pour qu’ils aient un emploi, une place dans la société, l’apprentissage est indispensable », a-t-il lancé, proposant d’en « simplifier les règles », et de « rapprocher ceux qui embauchent, les branches professionnelles, pour définir les formations et l’organisation ».

« Il faut revenir à une école qui transmet, dans la discipline » (Marine Le Pen)

Marine Le Pen lors du débat de l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle / TF1-F2

Marine Le Pen lors du débat de l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle / TF1-F2

De son côté, Marine Le Pen a débuté l’explication de son projet éducatif en avançant l’idée que « l’école a été saccagée par les socialistes ».

Selon elle, en à peine cinq ans, « on a fait n’importe quoi : au lieu d’apprendre le français, et de lui réserver comme je le souhaite 50% de l’apprentissage en primaire, on a mis en place des apprentissages pour les enfants de leur langue d’origine, on a réduit l’enseignement de la grammaire, on a supprimé le redoublement, on a demandé aux élèves de construire leurs savoirs, on a effondré l’autorité du maître ».

Marine Le Pen souhaite « que l’on revienne à une école qui transmet, dans la discipline, avec le retour de l’autorité nécessaire du maître », mais aussi que l’on « valorise considérablement les filières professionnelles ». Selon elle, « un certain nombre de bobos ont considéré que tout le monde devait avoir Bac +12, et que tous ceux travaillant avec leurs mains ne méritaient même pas que l’on s’y arrête ».

La candidate du FN, qui demande la fin du collège unique et l’apprentissage dès 14 ans, s’étonne par ailleurs que Najat Vallaud-Belkacem lui ait reproché de vouloir « organiser un tri sélectif des adolescents ». Elle est ensuite revenue, sur le plateau de TF1/France 2, sur son projet de « sélection » à l’université : « plutôt que le tirage au sort, qui vient d’être entériné et qui est un système absolument inouï, la sélection doit se faire au mérite ».

Marine Le Pen a enfin expliqué vouloir qu’à l’université, « la laïcité s’applique », en s’opposant au voile à l’université, contrairement à Emmanuel Macron.

« Créer tous les postes d’AVS permettant aux enfants handicapés d’aller à l’école » (Macron)

En guise de « carte blanche », Emmanuel Macron a choisi de parler des personnes en situation de handicap, abordant un sujet qui n’était pas présent dans son programme éducation. Souhaitant pour elles « des réponses pragmatiques », il a annoncé la revalorisation de l’allocation adulte handicapé (AAH), mais aussi la création de « tous les postes d’auxiliaires de vie scolaire (AVS) permettant aux enfants en situation de handicap d’aller à l’école ».

« Je créerai les postes, et les structures, pour que les enfants, en particulier les jeunes autistes, n’aient plus à aller à l’étranger pour pouvoir être en centres adaptés », a-t-il ajouté, indiquant que cet accompagnement des personnes handicapées « sera l’une des priorités » de son quinquennat.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous