12 élèves par classe de CP-CE1 en REP : cette promesse de Macron est-elle réaliste ?

Emmanuel Macron veut dédoubler les classes de CP-CE1 en REP et REP+. Dubitatif, le SNUipp s'interroge sur le financement d'une telle mesure.

prof et écoliers

wavebreakmedia – Shutterstock

La mesure souhaitée par Emmanuel Macron de “diviser par deux” les effectifs des classes de CP et de CE1 en REP et REP+ est-elle réaliste ?

Selon le candidat du mouvement En Marche!, qui affrontera Marine Le Pen lors du second tour de l’élection présidentielle, ce 7 mai, il s’agit de la « mesure la plus importante prise en faveur » de l’éducation prioritaire, « depuis la création des ZEP, en 1981″.

Entre 4000 et 5000 postes supplémentaires prévus

Emmanuel Macron souhaite ainsi limiter à 12 le nombre d’élèves par enseignant dans les classes de CP et de CE1 en zone prioritaire. Cette mesure (qui vise notamment à rattraper le retard de la France sur les autres pays de l’OCDE) aurait pour effet de faire passer le nombre de classes, dans ces zones, de 12.000 à 24.000.

Pour le candidat centriste, il s’agirait d’un moyen de « lutter contre l’échec scolaire et les inégalités ». Selon une étude de l’économiste Thomas Piketty datant de 2006, « la diminution de cinq élèves des tailles de classe de ZEP » conduirait ainsi « à une réduction des inégalités de 37 % au primaire ».

Selon le programme d’Emmanuel Macron, 12.000 profs des écoles « porteront ce projet ». Pour cela, le candidat prévoit de « réorienter » entre 6000 et 10.000 postes, sur les 60.000 créés au cours du quinquennat Hollande, et d’en créer entre 4000 et 5000. Pour inciter les professeurs à rejoindre les établissements concernés, une « prime annuelle de 3 000 euros net » devrait être proposée aux volontaires.

« Des centaines de millions d’euros économisées sur l’organisation du Bac »

salle de classe professeur primaire

Cours à l’école primaire © Kzenon – Fotolia.com

Concrètement, combien coûterait cette mesure ? « C’est un effort conséquent que je financerai intégralement par la correction des inefficacités du système actuel, notamment le coût du baccalauréat, sur lequel plusieurs centaines de millions d’euros peuvent être économisées », indique Emmanuel Macron à La Voix du Nord.

Comme le note France Info, l’organisation de l’examen du bac est estimée à 1,5 milliard d’euros par an. Le candidat d’En Marche! souhaite la « simplifier autour de quelques épreuves ».

Pour le SNUipp, le financement de cette réduction de la taille des classes en REP et REP+ demeure encore trop flou. Francette Popineau, porte-parole du syndicat, remarque ainsi qu’Emmanuel Macron « compte embaucher 4 000 à 5 000 nouveaux profs, alors qu’il prévoit 120 000 suppressions de postes de fonctionnaires ». Pour elle, « l’Education nationale sera forcément touchée ».

Selon Libération, les 5000 enseignants du dispositif « Plus de maître que de classe » mis en place par Najat Vallaud-Belkacem devraient être réaffectés « en priorité » dans les REP+. D’après l’entourage d’Emmanuel Macron, la mesure devrait s’appliquer dès septembre 2017 pour les CP des zones d’éducation prioritaire, les CE1 faisant l’objet d’une « montée en charge » du dispositif durant le quinquennat.

« Il faut que la structure matérielle suive » (SNUipp)

Francette Popineau demande aussi à Emmanuel Macron « d’expliciter » l’application de cette mesure. En effet, bien que le candidat promette une « aide de l’Etat » pour ouvrir de nouvelles classes, la question des locaux et du matériel à financer se pose. « Comment feront les communes ? Quand on se retrouve avec deux classes au lieu d’une, ce n’est pas seulement une question de profs supplémentaires, il faut que la structure matérielle suive », explique-t-elle à France Info.

Sur son blog, Lucien Marboeuf, prof des écoles, s’interroge : « concrètement, on se demande un peu ce que cela pourrait donner, en termes de locaux. Dans mon école, on serait bien embêtés si une nouvelle classe ouvrait : on n’a plus de locaux disponibles ». Et d’ajouter, ironique « on pourrait lui laisser la salle des maîtres, remarquez, mais bon 12 m², même pour moins de 25 gamins, c’est peu ».

« Nous avons préparé une enveloppe de 200 millions d’euros pour aider les communes. Le temps des travaux, quand il n’y aura pas de solution, deux enseignants feront classe dans la même salle », indique Fanny Anor, prof d’histoire-géo et membre de l’équipe chargée de concevoir le programme éducation d’Emmanuel Macron, à Libération.

En outre, comme nous l’indiquait le SNES-FSU la semaine dernière, cette mesure pourrait avoir des conséquences sur le secondaire : « cela signifierait des redéploiements de postes dans l’Education nationale. Or nous sommes déjà à l’étiage en collège et en lycée », explique ainsi Valérie Sipahimalani, secrétaire générale adjointe du syndicat.

« Si son idée c’est deux profs par classe, c’est du déjà vu »

Cette mesure n’a pas manqué, en tout cas, de faire réagir les enseignants, notamment sur Twitter :

5 commentaires sur "12 élèves par classe de CP-CE1 en REP : cette promesse de Macron est-elle réaliste ?"

  1. @NaErrami  2 mai 2017 à 15 h 13 min

    Bonjour
    Effectivement le projet interroge, notamment les maîtres supplémentaires déjà en poste sur des dispositifs PMQC (Plus de maitres que de classes). Des échanges nourris sur Twitter ce week end avec la #TeamPMQC notamment ici : https://twitter.com/LucieGillet/status/858279500462915585
    Affaire à suivre…Signaler un abus

    Répondre
  2. Zaha  3 mai 2017 à 21 h 39 min

    Moi je pense qu’ il faut essayez en tous cas 12 par classe c est de toute façon mieux que 24 arrêter de toujours descendre tous moi qui ai eu des difficultés à l école aujourd hui je préfère me dire que si ils sont 12 en classe ils pourrais mieux réussir et le professeur si il est bon réussir à faire de nos enfants de bon élèves je ne suis pas pour macron et encor moins pour le pen mais il y a des choses qui sont mieux que pireSignaler un abus

    Répondre
  3. Jacques Delacour  12 mai 2017 à 19 h 20 min

    Conclusion d’une expérimentation d’une réduction des effectifs en cours préparatoire :
    allez voir sur http://www.education.gouv.fr/cid21739/l-experimentation-d-une-reduction-des-effectifs-en-cours-preparatoires.html

    « À la rentrée 2002, une centaine de cours préparatoires accueillant surtout des élèves défavorisés ont expérimenté les effets d’une réduction de leurs effectifs à 8-12 élèves. Au cours et à la fin de l’année de C.P. , les élèves de ces classes ont un peu plus progressé que leurs camarades de classes comparables, mais les inégalités de départ n’en sont pas réduites et, une fois en CE 1 , ces élèves ont des performances équivalentes aux autres.

    Les effets de la réduction des effectifs sur les pratiques d’enseignement sont limités : il n’y a pas de différences significatives entre celles des maîtres des C.P. à effectifs réduits et leurs collègues, et une extrême diversité des pratiques est constatée chez les uns comme chez les autres. Ainsi, s’il y a eu des classes dans lesquelles les élèves ont plus progressé que dans d’autres ; ceci est vraisemblablement dû à des effets de contexte ou aux pratiques de leurs enseignants, mais non pas à la taille de leurs effectifs. »

    Curieux, non ? A quoi peuvent bien servir les expérimentations ? …Signaler un abus

    Répondre
  4. Luc DUNUM  19 juin 2017 à 15 h 02 min

    Si réellement il s’avérait que 12 élèves par classe soit une bonne solution, qu’attendent les enseignants pour réfléchir à des solutions pratiques au lieu de demander toujours plus à l’État et à leur ministre ? Or je crains que, comme d’habitude, syndicats en tête, ils préparent encore une rentrée « chaude » sans apporter la moindre idée neuve et exigeant en contrepartie des moyens et avantages exorbitants hors de mesure avec l’objectif : avec un élève par classe ils trouveraient bien encore le moyen de revendiquer ! Alors faites preuve d’un peu de maturité, de créativité et de (bonne) volonté POUR NOS ENFANTS. N’en seriez-vous pas capables ?Signaler un abus

    Répondre
  5. léo et léa  3 septembre 2017 à 14 h 29 min

    FAUX , ARCHI-FAUX !!!… Un ami récolte une classe de CP à 25 élèves e=cette rentrée et RIEN n’est prévu pour ses collègues qui tournent à 21 environs… Même avec un esprit très très ouvert et large, fort est de constater que, mathématiquement, on est loin du 12 promis… Ca mériterait une grève !!! (je lui ai dit)Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous