Intoxication dans des écoles à Rouen: « impressionnant par l’ampleur mais rien de grave »

logo AFP

« Cet événement a été impressionnant par l’ampleur, mais il n’y a rien de grave », a résumé vendredi l’Agence régionale de santé (ARS) de Normandie, après l’intoxication alimentaire qui a rendu malades jeudi 300 enfants d’une cinquantaine d’écoles de Rouen.

Trois de ces enfants ont néanmoins été hospitalisés jeudi pour une surveillance médicale et devaient sortir vendredi après-midi. Les premières informations officielles jeudi ne faisaient pas état d’hospitalisation pour la nuit, seulement de passages aux urgences.

Selon la préfecture de Seine-Maritime, 142 enfants présentant les symptômes les plus sévères de l’intoxication présumée (vomissements, céphalées, maux d’estomac …) ont été examinés dans des établissements de santé (CHU, cliniques). Une première estimation jeudi soir faisait état de 89 enfants.

Les autres enfants avaient été examinés par des médecins, infirmiers et pompiers venus directement dans les 54 établissements concernés (47 selon les chiffres de jeudi), à savoir des écoles maternelles et primaires ainsi qu’au moins 6 crèches.

La cantine centrale de Bois Guillaume, au nord de Rouen d’où provenaient les repas, était fermée vendredi en raison d’une inspection et de nouveaux prélèvements effectués par la direction de la protection des populations (DDPP, ex-services vétérinaires).

Mais un repas froid dit « de secours » sera servi dans les crèches et écoles de Rouen et de Bois Guillaume fournis par cette cantine centrale, a-t-on indiqué à la mairie. On ignore encore si la cantine centrale sera rouverte mardi, après le 1er mai, a-t-on précisé.

Les contrôles sanitaires effectués dans la cantine centrale concernent la nourriture qui a été servie mais aussi le personnel qui l’a manipulée.

« Nous recherchons l’éventuelle transmission de germes ou des toxines », a indiqué à l’AFP le docteur Benoît Cottrelle, responsable de la veille et de la sécurité sanitaire à l’ARS de Normandie.

Les résultats des premières analyses devraient être connus samedi. Pour la recherche de toxines, qui nécessite des mises en culture, les résultats ne seront fournis qu’en début de semaine prochaine, a-t-il expliqué.

Quelque 7.000 repas ont été servis jeudi dans les écoles de Rouen et Bois Guillaume. Le menu était identique: carottes râpées, rôti de boeuf, purée de courgettes, fromage Neufchâtel et purée de poires.

Il y a donc eu 4% d’enfants contaminés parmi ceux qui ont consommé ces repas. « C’est normal, cela dépend du taux d’attaque de la contamination et des réactions individuelles », a expliqué le Dr Cottrelle.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous