A Mayotte, un tiers des plus de 15 ans n’a jamais été scolarisé (rapport)

logo AFP

Un tiers — 33% — des plus de 15 ans n’a jamais été scolarisé à Mayotte, contre 2% en France hexagonale, affirme un rapport du Conseil économique, social et environnemental de Mayotte (CESEM) validé mercredi au Conseil départemental.

Cette étude, lancée en janvier 2015 et intitulée « L’école de la République à Mayotte, une exigence d’égalité », dresse un constat du système éducatif du 101ème département français, « 30 ans après les premières conventions de politique éducative à Mayotte », a expliqué mercredi le président du CESEM, Abdou Soimadou Dahalani.

Ce rapport se focalise sur l’échec scolaire dont il donne quelques chiffres : le taux de réussite au baccalauréat est de 74% à Mayotte contre 93% en Guyane et à La Réunion, et 85% des étudiants mahorais échouent en première année d’études supérieures contre 54% en national.

Si le CESEM reconnaît que les investissements de l’Etat pour l’éducation à Mayotte sont en progression constante (117 millions d’euros en 2003 contre 337 millions d’euros en 2015), la jeune institution remarque que les dépenses publiques par élève à Mayotte sont largement inférieures à la moyenne nationale. En 2015, l’Etat investissait en moyenne 7.760 euros par élève en France et 4.132 euros par élève mahorais, indique le rapport.

Le CESEM pointe du doigt des établissements scolaires en nombre insuffisant à Mayotte, des enseignants trop peu qualifiés et des élèves fatigués et insuffisamment nourris.

Les problèmes dans l’éducation sont régulièrement dénoncés à Mayotte et notamment par les syndicats. Lundi, pour protester contre « un système d’éducation à Mayotte (…) à la dérive », CGT-Educ’Action Mayotte a appelé à un mouvement de grève jeudi, selon un communiqué.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous