Réforme des études de médecine: les internes appelés à la grève mardi

logo AFP

Le principal syndicat d’internes en médecine appelle à la grève mardi pour réclamer notamment l’allongement du temps de formation pour certaines spécialités dans le cadre de la réforme du troisième cycle des études médicales, censée s’appliquer en novembre prochain.

Dénonçant « une réforme bâclée », l’Intersyndicat national des internes (Isni) a déposé « un préavis de grève illimité » à compter du 18 avril. Il a été rejoint par le Synmad, syndicat des médecins hépato-gastroentérologues.

A l’hôpital, internes grévistes et « seniors » se sont « organisés » pour garantir la continuité des soins, a assuré à l’AFP le président de l’Isni Olivier Le Pennetier.

Les internes ont le soutien du premier syndicat de médecins libéraux, la CSMF et des présidents des CNU (conseil national d’université) et de collèges de cardiologie, néphrologie et hépato-gastro-entérologie.

Depuis plusieurs années, les ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur travaillent à la réforme du troisième cycle des études médicales, c’est-à-dire de l’internat, qui débute en fin de sixième année et dure de 3 à 5 ans selon les spécialités, en concertation avec l’ensemble du secteur.

Problème, cette réforme très attendue, qui ne s’appliquera qu’aux prochains internes, maintient un cursus en 4 ans en cardiologie, néphrologie et hépato-gastro-entérologie, alors que l’Isni et ses soutiens en réclament cinq.

« La médecine évolue », souligne Olivier Le Pennetier, pour justifier une année supplémentaire dans l’apprentissage de nouvelles techniques.

Or la réforme pourrait même entraîner une réduction du temps de formation, selon lui. Elle prévoit l’instauration d’un « statut d’assistant de 3e cycle » en 4e année, alors que les postes d’assistants sont actuellement réservés aux praticiens ayant terminé leur internat, explique-t-il.

De son côté, le ministère de la Santé assure que la durée de formation n’est pas réduite et sera désormais « révisable annuellement ». Mais tout « allongement nécessite que l’on s’assure des capacités de formation », prévient-il.

Les internes sont invités à se rassembler mardi à 16H00 devant le ministère de l’Enseignement supérieur à Paris pour contester l’arrêté qui doit être présenté au Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (Cneser).

En province, des rassemblements sont également prévus en matinée dans les halls des CHU.

L’Isni réclame également des garanties concernant la rémunération ou le nombre de terrains de stage à disposition des apprentis médecins.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous