Présidentielles : et si on parlait des bibliothèques ?

L’Association des bibliothécaires de France interpelle les candidats à la présidentielle sur la place indispensable des bibliothèques dans les politiques publiques. Interview de Xavier Galaup, président de l'association.

Xavier Galaup

Xavier Galaup

Quel est votre constat aujourd’hui sur les bibliothèques en France ?

Il n’y en a pas assez ! Malgré l’augmentation du nombre de bibliothèques depuis les années 80 et la prise de conscience des collectivités et de l’Etat, il y a encore un grand déficit de proximité. Aujourd’hui, près de 11 millions de Français se situent à plus de 15 minutes d’une bibliothèque. C’est encore énorme !
Nous devons également construire de nouveaux équipements pour les bibliothèques et effectuer des rénovations sur du matériel créé il y a 30 ans et qui ne répond plus aux usages d’aujourd’hui. Actuellement, les Français viennent davantage pour utiliser les connexions sur place, profiter des nouveaux services tels que des animations, des ateliers informatiques, des rencontres avec des auteurs ou musiciens, des ateliers de langues… Nous constatons donc une évolution des besoins des habitants qui nous amènent logiquement à reconfigurer les bibliothèques pour répondre à cette demande. Justement, les bibliothèques les mieux équipées, où les habitants ne viennent pas uniquement pour emprunter des livres mais aussi pour profiter des différents services, ont un taux de fréquentation excellent. Mais malheureusement, encore beaucoup trop de Français ne connaissent pas concrètement ce qu’est une bibliothèque et tout ce qu’elle propose. S’ils le savaient, la fréquentation pourrait être encore meilleure…

L’Association des bibliothécaires de France (ABF) et l’ONG Bibliothèques sans frontières (BSF) ont adressé aux candidats à l’élection présidentielle une lettre dans laquelle ils les interpellent sur la place indispensable des bibliothèques dans les politiques publiques. Que demandez-vous concrètement dans cette lettre ?

livre

© monticellllo – Fotolia

Nous avons soumis aux candidats à l’élection présidentielle, quatre questions majeures autour de la démocratie et de la citoyenneté, des inégalités territoriales, de l’accès au numérique et des horaires d’ouverture.
Pour l’ABF et la BSF, tous les habitants devraient avoir accès à moins de 15 minutes de chez eux à une bibliothèque, outil de lien social et de lutte contre les inégalités. Nous souhaitons donc savoir si les candidats à la présidentielle comptent maintenir, voire accentuer, l’appui de l’État pour aider les collectivités à construire davantage de bibliothèques et à rénover ses équipements. Par ailleurs, ce lieu culturel est un acteur majeur de la citoyenneté et de la démocratie à travers ses différentes actions : débats, rencontres, ateliers… Une question simple est donc posée aux candidats : quelles garanties concrètes proposez-vous pour préserver l’action citoyenne des bibliothèques ? Il est important d’avoir une réponse claire sur ce sujet.
Le problème des horaires d’ouverture est également abordé dans notre lettre. Aujourd’hui, ils sont encore trop restreints et peu adaptés au regard des besoins des Français. Les candidats doivent pousser les collectivités à réfléchir à une évolution de leurs horaires. Par ailleurs, l’accès au numérique est indispensable tant pour les démarches administratives que pour la découverte culturelle. Aujourd’hui, parmi les 16.100 bibliothèques en France, 75% ont l’accès à internet et 30% d’entre elles offrent des ressources numériques. Il est ainsi important de savoir ce que les candidats à la présidentielle comptent faire pour faciliter et développer l’action des bibliothèques dans ce domaine.

Vous parlez d’accès au numérique. En quoi la bibliothèque est-elle un lieu pour développer les compétences numériques des Français ?

Les bibliothèques assez grandes proposent des espaces numériques, des ateliers pour s’initier au code et à la programmation, des animations pour découvrir le numérique. Les Français peuvent également se rendre dans les bibliothèques pour suivre des formations au numérique par le biais de tutoriels accessibles à tous. Ces derniers permettent aux Français de s’auto-former. De plus, de nombreuses bibliothèques participent à la Semaine européenne du code et de la programmation. En 2016, elle a eu lieu en octobre. Enfants, jeunes, adultes, parents… se sont réunis, entre autres, dans des bibliothèques pour apprendre à se servir de la programmation comme outil de création.

Bibliothèque © Richard Villalon - Fotolia.com

Bibliothèque © Richard Villalon – Fotolia.com

Comparée aux autres pays européens, où la France se situe-t-elle concernant le nombre de bibliothèques dans le pays ?

Avec 16.100 bibliothèques en France, nous sommes en milieu de peloton. Dans les pays du Nord, une loi impose une bibliothèque dans chaque commune. Leur nombre est ainsi beaucoup plus élevé que nous. Par contre, les pays du Sud ont un peu moins de bibliothèque que la France. A titre d’information, la population française représente 66,7 millions d’habitants soit une bibliothèque pour 4.143 français. Il est évident que nous devons encore en construire car plusieurs communes n’ont toujours pas accès à la lecture.
Il faut aussi savoir qu’une bibliothèque, considérée comme premier lieu d’accès à la culture, est extrêmement rentable puisque c’est un outil multifonction sur lequel on peut faire du social, du communicatif, du culturel… et qui bénéficie d’une image positive. Elles contribuent à faire société.

Bibliothèque

Bibliothèque © Chekunov Alexandr – Fotolia.c

En quelques mots, qu’attendez-vous donc du futur président de la République ?

Nous attendons un soutien clair pour le développement de la lecture publique à moyen terme mais aussi le maintien des moyens qui sont déjà octroyés au ministère de la Culture pour la construction de bibliothèques. Enfin, nous aimerions que le futur président de la République lance une campagne de communication pour favoriser la notoriété des bibliothèques en France.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous