Légion d’honneur pour le proviseur qui a empêché un bain de sang dans un lycée de Grasse

logo AFP

Hervé Pizzinat, le proviseur du lycée Tocqueville de Grasse (Alpes-Maritimes), qui a été blessé en s’interposant mi-mars face à un élève armé qui voulait tuer une dizaine de camarades, a été fait chevalier de la légion d’honneur.

Le proviseur, 34 ans de services, a été nommé en vertu d’un décret du président de la République, publié mercredi au Journal officiel, et pris sur proposition du premier ministre Bernard Cazeneuve et de la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem, qui avait salué son action.

« Félicitations à Herve Pizzinat (…) nommé chevalier de la légion d’honneur pour son courage », a réagi sur Twitter le député LR et président du conseil départemental des Alpes-Maritimes Eric Ciotti. « En allant au-devant de l’élève pour tenter de le raisonner puis en s’imposant physiquement, M. Pizzinat a eu une conduite héroïque », a souligné pour sa part le président LR de la région PACA Christian Estrosi.

« Notre nation martèle que l’école est un sanctuaire de la République dédié au savoir, que la violence n’y a pas sa place », a-t-il ajouté. MM. Ciotti et Estrosi avaient demandé que le proviseur soit décoré, peu après les faits.

Le 16 mars, un adolescent de 16 ans avait fait irruption armé au lycée Tocqueville de Grasse, déterminé à tuer une dizaine de ses camarades qu’il ne supportait plus. Il avait fait cinq blessés, dont le proviseur touché à l’arme de poing de calibre 22.

Il a été mis en examen, notamment pour « tentatives d’homicide » et incarcéré, tout comme l’un de ses amis, complice présumé.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous