Somme: un millier de personnes rendent hommage à l’adolescent retrouvé mort près de son lycée

logo AFP

Un millier de personnes ont participé mardi à une marche blanche en hommage à l’adolescent retrouvé mort jeudi soir près d’un cours d’eau de son lycée à Ham (Somme), exprimant leur colère face au harcèlement subi par le jeune homme, a constaté un journaliste de l’AFP.

Les circonstances entourant la mort de l’élève, victime de harcèlement à l’internat de son lycée, restent inconnues. Le corps de Clément B. présentait une plaie à la gorge et une autre plus légère à l’abdomen, mais aucune arme n’a été retrouvée sur place, ce qui a conduit le parquet d’Amiens à ouvrir lundi une enquête en flagrance pour homicide volontaire.

La thèse du suicide n’est cependant pas écartée, en raison du mal-être apparent de l’adolescent, qu’il avait manifesté notamment sur les réseaux sociaux.

Mardi après-midi, un millier de personnes ont défilé dans une atmosphère recueillie dans les rues de cette ville de 4.700 habitants environ, située en zone rurale entre Péronne et Amiens.

En tête de cortège, des proches de la victime portaient une banderole où était écrit « Clément, 16 ans pour toujours » et des T-shirts à l’effigie de ce brun longiligne.

De nombreux participants ont ensuite déposé des roses blanches au pied de « L’Arbre de la liberté », planté en 1989 pour le bicentenaire de la Révolution française, près du château de Ham, certains en larmes, enlacés. D’autres, guitare à la main, ont joué plusieurs chansons.

« Nous soutenons la famille de Clément, qui a subi des harcèlements et des humiliations qu’il n’aurait jamais dû connaître, cet enfant câlinant, gentil, aimant », a déclaré l’organisatrice de la manifestation, mère de deux jumelles au lycée professionnel Peltier où était scolarisé Clément.

« Je reste seul face au souvenir de nos soirées passées à l’internat », a quant à lui discouru son meilleur ami, Maxime, 17 ans.

Plusieurs amis ont raconté auprès de l’AFP le harcèlement et les humiliations subies à l’internat par l’adolescent, qui a par exemple été rasé et forcé d’avaler des médicaments. Une procédure disciplinaire est en cours au lycée concernant l’un des auteurs de ces sévices, selon le parquet.

« On ressent de la tristesse mais aussi beaucoup de colère, car ça pourrait être nos enfants. Clément ne nous disait rien sur ce qu’il vivait, car chacun réagit différemment face au harcèlement », a commenté Fanny, une collègue de travail des parents du défunt.

L’enquête est menée par la section de recherches d’Amiens et la compagnie de gendarmerie de Péronne.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous