Macron souhaite rassembler les cursus d’apprentissage et de professionnalisation sous un contrat unique

logo AFP

Dans un mélange d’odeurs de chocolat et de caramel, Emmanuel Macron a développé mercredi, devant des élèves d’une fameuse école parisienne de gastronomie et d’hôtellerie, son idée de créer « un contrat unique » rassemblant les cursus d’apprentissage et de professionnalisation.

« L’idée est d’avoir un contrat unique avec les mêmes statuts juridiques, un guichet unique et un tarif unique », qui contribuera à donner une « meilleure visibilité » aux apprentis et aux employeurs, a défendu le candidat d’En Marche!, tablier autour du cou, lors d’un exercice improvisé de glaçage d’éclairs au chocolat à l’école Ferrandi, dans le VIe arrondissement.

Jugeant les contrats actuels « très contraignants », l’ancien ministre de l’Economie a déclaré vouloir simplifier les démarches et leur application, par souci affiché de gagner en « compétitivité ».

Pour cela, M. Macron a dit qu’il souhaitait prendre en compte l’avis des employeurs, « pas suffisamment consultés » à ses yeux.

Parallèlement, ce candidat à la présidentielle a promis de « valoriser l’apprentissage dans toutes les filières » et « à tous les niveaux » de la scolarité dès l’âge de 15 ans.

578.000 contrats d’alternance ont été recensés en France fin 2016.

Dans une autre salle de cette école connue au-delà des frontières françaises, face à des élèves parfois tentés de partir à l’étranger pour monter leur affaire, M. Macron a répondu qu’il fera « tout pour que ce ne soit pas une fatalité », avec deux maîtres-mots: « simplification » et « flexibilité ».

Soulignant que « beaucoup de choses » avaient été faites ces dernières années, l’ex-ministre a dit qu’il comptait attribuer à tous dès 18 ans un numéro Kbis (sorte de carte d’identité de l’entreprise) activable à souhait, supprimer le régime social des indépendants (RSI) au profit du régime général de la Sécurité sociale, ou créer une « instance unique de représentation du personnel ».

Après la loi travail, promulguée en août après un passage via l’arme constitutionnelle du 49-3 et des mois de contestation notamment dans la rue, M. Macron a ajouté vouloir mettre en place une grille des dommages et intérêts aux prud’hommes, « baisser de six points les charges » patronales et renouer avec l’exonération des heures supplémentaires, supprimée en 2012 après l’arrivée de François Hollande à l’Elysée.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous