Les anesthésistes-réanimateurs en grève vendredi pour défendre « leurs compétences »

logo AFP

Les anesthésistes-réanimateurs seront « massivement » en grève vendredi pour défendre leurs « compétences » qu’ils estiment menacées par une réforme des études, ont annoncé mercredi les syndicats.

Dans les hôpitaux, « entre 90 et 100% des anesthésistes-réanimateurs seront en grève. Les opérations programmées ont été reportées et l’organisation des réquisitions pour les urgences est en cours », a indiqué Nicole Smolski, présidente de l’intersyndicale Action praticiens hôpital (APH), jointe par l’AFP.

Au coeur des inquiétudes des syndicats (SNPHAR-e, SMARNU, SNJAR, Snarf), rejoints dans leur appel à la grève par le collège professionnel et une société savante, la concurrence entre leur spécialité qui souffre depuis plusieurs années d’un manque d’effectifs et les réanimateurs médicaux.

Lors des dernières négociations menées dans le cadre de la réforme du 3e cycle des études médicales, la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) a annoncé pour 2017 l’ouverture de 469 postes d’internes en anesthésie-réanimation. Elle prévoit aussi de former 97 réanimateurs médicaux, un nombre « trop élevé », jugent les syndicats.

Contrairement à l’anesthésie-réanimation qui est une spécialité médicale à part entière nécessitant 11 années d’études, la réanimation médicale, qui connaît un regain d’intérêt, est une formation complémentaire de 2 ans suivie par des médecins spécialistes (cardiologues, néphrologues…)

« Dans quatre ou cinq ans si ça continue nous serons cantonnés au bloc opératoire pour l’anesthésie et perdrons nos compétences en réanimation » au profit des réanimateurs médicaux, dénonce Franck Verdonk, président du Syndicat national des jeunes anesthésistes-réanimateurs (Snjar).

« Notre polyvalence a permis à la chirurgie de réaliser d’énormes progrès et de diviser par dix la mortalité en bloc opératoire, or nous risquons de perdre cette technicité par manque d’expérience en réanimation », déplore le médecin.

« Ce n’est pas avec cela qu’on va rendre la filière attractive », renchérit Nicole Smolski.

On compte un peu moins de 10.000 médecins anesthésistes-réanimateurs dont 3.800 titulaires à l’hôpital, selon les syndicats.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous