La Smerep défend la Sécu des étudiants, dans le viseur de Macron

logo AFP

La mutuelle régionale étudiante Smerep a défendu lundi la « nécessité » de conserver le régime de sécurité sociale spécifique aux étudiants que le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron promet d’intégrer au régime général, en confiant sa gestion à l’Assurance maladie.

« La Smerep réaffirme la nécessité de conserver » le régime de sécurité sociale étudiant, « moins cher et plus performant », écrit-elle dans un communiqué, s’étonnant du « revirement soudain et sans aucune concertation » du candidat d’En Marche!

« Emmanuel Macron s’était dernièrement entretenu avec des Mutuelles étudiantes régionales en leur affirmant son soutien » et en reconnaissant leur « légitimité (…) en qualité de gestionnaire », s’indigne la mutuelle francilienne, qui revendique 235.000 affiliés.

Dans un communiqué publié samedi, l’ancien ministre de l’Economie a annoncé vouloir « réformer en profondeur » la sécu des étudiants, déléguée en 1948 à la Mnef (devenue la LMDE) et, depuis 1972, à une dizaine de mutuelles régionales.

Or, « ces dernières années, le Sénat, la Cour des comptes, les Inspections générales, UFC-Que Choisir ont multiplié les critiques à l’égard de ce traitement spécifique soulignant une qualité de service insuffisante pour des coûts de gestion trop importants », rappelle M. Macron dans son communiqué.

Pour mettre fin « à cette exception française inefficace et dispendieuse » dans « l’intérêt » des étudiants, il promet « de confier à la Cnamts (Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés) la gestion du régime d’assurance maladie obligatoire de tous les étudiants lorsqu’ils ne sont pas rattachés » à celui de leurs parents.

Les mutuelles régionales subiraient ainsi le même sort que la LMDE, adossée depuis octobre 2015 à l’Assurance maladie pour la couverture de base de ses affiliés. A l’époque sa dette s’élevait à 35 millions d’euros.

« En contrepartie des économies générées par cette réforme », leurs personnels pourront « être repris par » la Cnamts « à la hauteur des besoins générés par ce transfert », précise M. Macron, dont l’annonce a été saluée par la Fage, la première organisation étudiante.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous