Arrivée à Quimper du deuxième lycéen breton blessé à Londres

logo AFP

Un deuxième lycéen breton, faisant partie des trois qui ont été blessés à Londres dans l’attaque de Westminster, est arrivé dans la nuit de vendredi à samedi par avion à Quimper, quelques heures après le rapatriement du premier, a-t-on appris auprès des gendarmes sur place.

Le jeune garçon est arrivé peu après minuit à l’aéroport de Quimper, à bord d’un petit bi-moteur, selon la même source, qui a précisé qu’il s’agissait du lycéen prénommé Yann.

Thomas, le premier lycéen rapatrié, est arrivé vers 16H00 dans le même aéroport. Il a immédiatement été transféré par ambulance, escortée de motards, vers un centre hospitalier, a constaté l’AFP.

Invisible sous ses couvertures, le jeune garçon a été descendu sur un brancard de l’avion sanitaire. Des proches l’attendaient sur le tarmac.

« Ça va, il est fatigué », a confié la grand-mère de Thomas à l’AFP.

Aucune information officielle n’a été divulguée concernant le retour du troisième lycéen, Victor, qui devrait intervenir dans les prochains jours, selon des sources concordantes.

« Le service public de l’Aide aux victimes est pleinement mobilisé pour prendre en charge les lycéens victimes de l’attentat de Londres », assure vendredi un communiqué de Juliette Méadel, secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargée de l’aide aux victimes.

Les trois élèves du lycée Saint-Joseph de Concarneau se trouvaient à Londres dans le cadre d’un voyage scolaire.

L’ensemble du groupe de lycéens qui participaient à ce voyage est rentré jeudi soir en Bretagne.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous