Le Cese pour un « choc de simplification en faveur de la jeunesse »

logo AFP

Des jeunes mal informés, « mis dans des cases » selon leur âge et qui ne peuvent donc pas prétendre à tous leurs droits: un rapport du Conseil économique, social et environnemental (Cese) remis mercredi plaide pour un « choc de simplification en faveur de la jeunesse ».

Ce rapport avait été commandé par le Premier ministre après la mobilisation contre la loi Travail. Il est à destination du gouvernement mais également, en cette période électorale, de tous les candidats à l’élection présidentielle: « Ce rapport s’adresse à tous les acteurs, afin que la jeunesse soit au centre des débats », déclare Antoine Dulin, le vice-président du Cese.

Parmi les 51 préconisations, dont certaines sont déjà mises en oeuvre par le gouvernement, le Cese conseille de faciliter l’accès des jeunes à leurs droits et de mieux les avertir sur ce à quoi ils peuvent prétendre, en termes d’aides sociales par exemple.

Le Cese déplore le « +non recours+ », soit « les conséquences de la complexité sur l’accès aux droits et donc l’enjeu de justice sociale », le « manque d’information général des jeunes sur leurs droits et les interlocuteurs qui existent pour les aider ».

Le Conseil soutient le développement du projet de « Boussole des droits », une sorte de guichet unique avec un « site internet aujourd’hui développé de manière expérimentale, qui vise à recenser sur un territoire tous les dispositifs ouverts aux jeunes et de leur permettre de rentrer en contact avec un professionnel de l’accompagnement ».

Le rapport pointe également la « série de seuils d’âge », au moins 238 dans la législation française selon le Cese, pensés « pour les protéger mais aussi qui les excluent de certains droits sociaux ou activités ». Mieux vaudrait considérer « la jeunesse comme un parcours vers l’autonomie et l’insertion sociale et professionnelle », estime le Cese.

Ainsi est-il suggéré « d’expérimenter dans différents territoires l’accueil des jeunes jusqu’à 30 ans (et non plus seulement 25 ans) dans les missions locales », ou encore d’étendre la garantie jeunes en créant une « +garantie jeunes 2.0+.

« C’est une mesure qui marche, et on propose qu’elle soit non-limitée dans le temps puisque le jeune n’y a accès que pendant un an », précise Antoine Dulin.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous