Fusillade de Grasse: Killian avait vu un psychiatre (avocat)

logo AFP

Les parents de Killian, l’adolescent de 16 ans qui a ouvert le feu jeudi dans son lycée de Grasse (Alpes-Maritimes), blessant cinq personnes, avaient fait appel à un psychiatre pour leur fils, a indiqué lundi son avocat, Me Michel Valiergue.

« Ce qu’ils ne comprennent pas, c’est le passage à l’acte. Ce sont de très bons parents et ils se sont inquiétés d’une certaine propension de Killian à avoir un attrait pour les armes ou les films d’action et donc, comme tout parent responsable, ils ont fait appel à un médecin psychiatre qui a indiqué que Killian était tout à fait normal et qu’il n’y avait aucune raison de s’inquiéter », a expliqué à l’AFP l’avocat, sans préciser la date de cette consultation.

« Confortés par un avis d’expert, les parents se sont dits qu’ils avaient peut-être affaire à une crise d’adolescence », ajoute-t-il.

Sur les comptes Facebook, Twitter et YouTube de Killian, qui a été mis en examen samedi pour tentatives d’homicides et incarcéré au quartier des mineurs de la maison d’arrêt de Grasse, apparaissaient de nombreuses images morbides, dont certaines de la tuerie de Columbine aux Etats-Unis, qui avait fait 15 morts, dont ses deux auteurs.

« Je me ferai une obligation de solliciter l’audition de cet expert (le psychiatre) par le magistrat instructeur », a expliqué l’avocat.

« La réalité est là, son appréciation n’a pas été conforme à la réalité du cas de Killian », a-t-il poursuivi tout en ajoutant: « Je ne suis pas là pour décharger une responsabilité sur une autre, mais animé surtout d’une volonté d’avoir un maximum d’éléments psychologiques et psychiatriques pour permettre aux médecins experts désignés par le juge instructeur de se faire une idée ».

La famille est « totalement effondrée, ils se posent énormément de questions, ils ne comprennent pas, comme beaucoup de gens, il y a un niveau d’incompréhension dans ce dossier qui a trait plus au psychiatrique et au psychologique qu’au juridique et qui nécessitera l’intervention d’experts judiciaires d’une certaine pointure pour essayer de comprendre ce passage à l’acte d’un gamin de 16 ans », a-t-il encore estimé.

« Au demeurant, cet élève est décrit comme sans signe avant-coureur », a réagi le recteur de l’académie de Nice Emmanuel Ethis en réitérant son « étonnement qu’il y ait pu y avoir des armes à sa portée ».

« Les élèves viennent nous dire après coup qu’il échangeait des choses sur les réseaux sociaux mais on ne peut pas contrôler tous les Facebook ou les comptes Twitter des élèves. Autant pour d’autres, il y avait des choses qui nous inquiétaient, mais pas lui. Le suivi, le repérage et le relais avec les familles est notre métier (…) là, il n’y avait aucun signal. On est abasourdis », a commenté Isabelle Martimort, la conseillère principale d’éducation du lycée.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous