Isère: un chef d’établissement catholique soupçonné d’agression sexuelle

logo AFP

Un chef d’établissement catholique du nord de l’Isère fait l’objet d’une « enquête préliminaire pour agression sexuelle », après la plainte d’un ancien élève et sa garde à vue est prolongée jusqu’à vendredi, a-t-on appris jeudi auprès du parquet de Bourgoin-Jallieu.

L’homme a été interpellé mercredi matin à son domicile, qui fait l’objet d’une perquisition, et « sa garde à vue prolongée se terminera demain (vendredi, ndlr) matin », a déclaré à l’AFP Dietlind Baudoin, procureure de la République, qui souhaite « rester très prudente vu l’ancienneté des faits ».

Un enquête préliminaire a été ouverte pour « agression sexuelle sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité », a précisé Mme Baudoin.

L’agression se serait déroulée au début des années 90, dans un collège de Pont-de-Beauvoisin (Isère), quand cet ancien élève avait 14 ans, selon le Dauphiné Libéré et France Bleu Isère. Devenu adulte, il a déposé plainte au printemps 2016.

Le directeur actuellement, entendu par les enquêteurs, exerçait depuis dans un autre établissement nord-isérois.

Contactée par l’AFP, la direction diocésaine de l’enseignement catholique n’a pas souhaité réagir, car « l’enquête suit son cours ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous