Hollande: l’explosion au FMI et la fusillade de Grasse conduisent à « justifier l’état d’urgence »

logo AFP

L’explosion d’un courrier piégé au siège parisien du Fonds monétaire international (FMI) et la fusillade dans un lycée de Grasse (Alpes-Maritimes), jeudi, conduisent à « justifier l’état d’urgence », qui « durera jusqu’au 15 juillet », a réaffirmé François Hollande à son arrivée pour un déplacement en Corrèze.

« Tout cela me conduit à justifier l’état d’urgence », a dit le chef de l’Etat.

« J’ai annoncé, et le Parlement a bien voulu suivre la position qui était la mienne et celle du gouvernement, que l’état d’urgence durerait jusqu’au 15 juillet, il durera jusqu’au 15 juillet », a-t-il ajouté, alors que le garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas avait estimé mercredi que les conditions étaient réunies pour une sortie de ce régime civil de crise instauré après les attentats de novembre 2015.

« Ensuite ce sera à mon successeur, au futur gouvernement, au Parlement de décider ce qu’il y a lieu de faire dans les conditions que notre pays pourra connaître », a-t-il ajouté. « Mais je veux ici prévenir: l’état d’urgence doit s’appliquer mais l’état d’urgence n’est pas une procédure permanente ».

« Il est adapté à certains types de situations, certains types de risques, j’ai considéré que jusqu’au 15 juillet nous devions absolument garder cette procédure, elle sera en tous points maintenue », a insisté M. Hollande.

Qualifiant de « forme d’attentat » le courrier piégé qui a explosé au siège du FMI à Paris, il y a vu « une ressemblance avec un autre événement de même nature qui s’est produit Berlin il y a quelques jours ».

« Donc nous cherchons dans le cadre d’une enquête internationale à connaître les causes de ce qui s’est produit à Paris », a-t-il dit.

Un groupe anarchiste grec baptisé Conspiration des cellules de feu a revendiqué jeudi l’envoi d’un paquet contenant un « mélange explosif » découvert la veille au ministère allemand des Finances, dans le centre de Berlin.

Concernant la fusillade au lycée de Grasse, « même s’il n’y a pas de lien direct avec une entreprise terroriste nous restons extrêmement vigilants », a assuré le président de la République.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous