Fusillade à Grasse: l’enquête ne s’oriente « pas du tout sur la voie » du terrorisme (Estrosi)

logo AFP

L’enquête ouverte après la fusillade qui a fait plusieurs blessés dans un lycée de Grasse, jeudi à la mi-journée, ne s’oriente « pas du tout » sur la voie du terrorisme, a déclaré à l’AFP le président LR de la région Paca, Christian Estrosi.

Le proviseur et deux élèves ont été légèrement blessés au cours de cette fusillade, a précisé M. Estrosi, ajoutant qu’un troisième élève a été « très commotionné ».

Un suspect, élève de l’établissement, a été interpellé après les faits, selon des sources proches de l’enquête.

« De prime abord, nous pouvons écarter la piste de l’attentat qui avait été évoquée », a poursuivi M. Estrosi, qui s’est rendu sur place après la fusillade. « On est plutôt sur quelqu’un qui semble avoir des problèmes psychologiques. » « En tout cas, au moment où on commence à y voir un peu plus clair, on n’est pas du tout sur la voie » du terrorisme, a-t-il ajouté.

Le président de la région Paca a par ailleurs précisé que, vers 14H00, tous les parents des enfants blessés dans la fusillade avaient été prévenus. « Les parents non prévenus peuvent considérer que leur enfant est à l’abri », a-t-il dit.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous