Les syndicats résument le bilan éducatif de François Hollande

Largement soutenu par la communauté éducative en 2012, François Hollande faisait de l’éducation une priorité. Aujourd’hui, les syndicats sont mitigés lorsqu’il s’agit de qualifier son bilan éducatif.

Najat Vallaud-Belkacem et François Hollande © Laurent BLEVENNEC-Mureaux

Najat Vallaud-Belkacem et François Hollande © Laurent BLEVENNEC-Mureaux

En 2012, nombre d’organisations se réjouissaient de l’élection de François Hollande. Cinq ans plus tard, que pensent les syndicats de son bilan ?

Un quinquennat « historiquement dense »

Le SE-UNSA salue les efforts faits lors de ce quinquennat très « dense » : « Il faut remonter très loin dans l’histoire du système éducatif pour voir un quinquennat d’une aussi grande densité, puisque le président de la République a essayé, ce qui est assez exceptionnel, d’avoir une vision systémique de la réforme » estime Christian Chevalier, secrétaire général du syndicat, qui espère qu’une alternance politique ne va pas « casser dans son élan quelque chose qui a été lancé et dont on ne mesure pas les effets, puisque le temps scolaire et le temps politique ne peuvent pas fonctionner ensemble ».

Une bonne dynamique, mais…

Pour Frédérique Rolet, secrétaire générale du SNES-FSU, c’est un quinquennat en demi-teinte, qui avait débuté par une dynamique « assez positive avec l’idée de restituer des postes. Même si nous n’avons pas retrouvé le niveau d’avant 2008, c’est une rupture avec la politique du quinquennat précédent ». Elle regrette toutefois : « On a un sentiment d’une dynamique enclenchée qui est retombée, à cause de choses qui n’ont pas été faites ou d’erreurs, et cela a laissé un goût amer à beaucoup de personnels ».

Même constat dans le primaire pour le SNUipp. Sa porte-parole Francette Popineau estime que le quinquennat « a mis fin à la saignée que nous avions connue sous le gouvernement Fillon, ce qui est une excellente chose, car pour l’école, il faut investir sur un temps long », tout en regrettant  que « dans le quotidien de l’école, il n’y ait malheureusement pas eu de changement pour les collègues ». Francette Popineau fustige le gouvernement pour ne pas avoir suffisamment accompagné les maîtres en leur proposant une formation continue : « Comment refonder sans former ? » demande-t-elle.

Un sentiment mitigé dans l’Enseignement supérieur

Concernant l’enseignement supérieur, Hervé Christofol, secrétaire général du Snesup, décrit pour sa part « un sentiment de déception » à l’égard de ce quinquennat, qui a débuté « par le coup de massue de la loi ESR 2013, qui n’est pas revenue sur l’autonomie des universités et l’austérité imposée aux établissements ». Il retient cependant quelques points positifs, comme par exemple les 1000 emplois ou la hausse des bourses étudiantes.

Analyse similaire pour Sup’ recherche, dont le secrétaire général Stéphane Leymarie raconte avoir connu dès 2012 « une très grande déception, car on a compris tout de suite qu’il n’y aurait pas de rupture avec la politique précédente ». Puis il reconnaît avoir revu son jugement depuis, notamment grâce aux avancées concernant la mutation des enseignants chercheurs et au protocole PPCR. « Il regrette toutefois que ces évolutions soient le fruit d’une « énorme débauche d’énergie : c’est dommage que l’on ne nous ait pas écoutés un peu plus tôt, le quinquennat se terminerait probablement avec un rapport plus apaisé entre le ministère et la communauté universitaire  » estime Stéphane Leymarie, avant de conclure : « si je devais résumer ce quinquennat en un seul mot, ce serait frustration ! ».

 

2 commentaires sur "Les syndicats résument le bilan éducatif de François Hollande"

  1. Garcia  17 mars 2017 à 13 h 39 min

    Les « syndicats », vous n’avez ici que la FSU et le SE-Unsa? N’est pas un peu court pour un titre comme le votre?Signaler un abus

    Répondre
  2. Alain  20 mars 2017 à 17 h 19 min

    Je suggère qu’un nouvel article relate l’appréciation du Sgen-CFDT pour compléter.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous