Pontarlier: une lycéenne se suicide après être sortie de garde à vue

logo AFP

Une adolescente s’est suicidée chez elle à Pontarlier (Doubs), après avoir passé plusieurs heures en garde à vue et avoir été convoquée devant un juge pour sa participation à l’agression d’une jeune fille dans son lycée, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

La lycéenne de 18 ans, qui avait participé à l’agression d’une autre fille sur fond de rivalité amoureuse, a été découverte pendue à son domicile par sa mère vendredi.

Elle n’a pas survécu, malgré son transport rapide à l’hôpital, a indiqué à l’AFP la procureure de la République de Besançon Edwige Roux-Morizot.

Une autopsie a été ordonnée pour déterminer les circonstances exactes de son décès.

Mercredi, cette élève de seconde gestion-administration avait été placée en garde à vue avec sept de ses camarades -six filles et un garçon âgés de 16 à 18 ans- dans le cadre d’une enquête ouverte après l’agression d’une jeune fille dans l’enceinte du lycée Xavier Marmier de Pontarlier.

Cette autre lycéenne avait été violemment rouée de coups de pieds et de coups de poing par le groupe d’adolescents pour une histoire de rivalité amoureuse. Elle avait été hospitalisée, et avait eu trois jours d’interruption temporaire de travail.

Parmi les membres du groupe placé en garde à vue, cinq ont été remis en liberté avec une convocation devant le juge des enfants, dont la lycéenne qui s’est donnée la mort, et trois ont été remis en liberté sans poursuites judiciaires.

Une cellule d’écoute psychologique a été mise en place depuis lundi au lycée Xavier Marmier, a indiqué le recteur Jean-François Chanet dans un communiqué.

M. Chanet, qui se rendra sur place mardi, a également adressé « ses plus sincères condoléances à la famille et aux proches de cette jeune fille », et apporté « tout son soutien aux élèves et à la communauté éducative du lycée ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous