La région IDF adopte son « plan d’urgence » pour les lycées

logo AFP

La région Ile-de-France a adopté jeudi un « plan d’urgence » pour la rénovation ou la construction de lycées franciliens d’ici 2027, d’un montant de 5 milliards d’euros, et qui prévoit la possibilité de partenariats public-privé (PPP), dénoncés par l’opposition.

La Présidente LR de la Région Île-de-France, Valérie Pécresse, a reconnu que la Région se réservait « la possibilité de recourir à des partenariats public-privé », pour les constructions nouvelles de lycées.

Au total, le plan pluriannuel d’investissement révisé (PPI) des lycées représente 5 milliards d’euros, dont 4 milliards pour les investissements et 1 milliard pour la maintenance.

Dans ce cadre, 12 lycées neufs seront construits pour un montant de 500 millions d’euros. « Nous nous réservons la possibilité de recourir aux PPP sur ces constructions nouvelles, soit sur 10% du PPI. 90% de l’argent dépensé pour les lycées publics seront en maitrise d’ouvrage publique », a cherché à rassurer la présidente.

« Les PPP ne sont pas la solution miracle », a reconnu Agnès Evren, vice-présidente chargée de l’Éducation, « mais cela permet de réduire les délais de construction par deux ».

Et Valérie Pécresse a ironiquement cité l’ancien ministre de l’Economie Emmanuel Macron, qui n’est pas opposé à ces PPP, soulignant que l’ancien chef de file de l’opposition socialiste lors de la campagne des régionales, Claude Bartolone, s’était rallié à lui.

Depuis le début de son mandat, la majorité (LR-MoDem-UDI) souligne qu’un lycée francilien sur trois est vétuste en raison d’un défaut d’investissement majeur de la précédente majorité et de délais de construction trop longs.

Le PPI prévoit 269 opérations de rénovations ou construction pour 197 lycées, et 21.600 nouvelles places créées (12 lycées neufs, 26 extensions de lycées existants), ainsi que 3.000 places d’internat.

Le FN a souligné que « ce n’est pas parce que vous doublez les dépenses d’investissement (par rapport à la précédente mandature, ndlr) que vous allez accélérer les procédures. Il faut actuellement 8 ans pour rénover un lycée. Rien ne nous dit que ça ira plus vite avec vous ».

Le PS a dénoncé un « PPI d’affichage et en trompe-l’oeil », les écologistes ont estimé qu’il constituait un « cheval de Troie pour la libéralisation du marché de l’Education » et ont rappelé, comme les Radicaux de gauche, que la Cour des Comptes avait pointé les dangers des partenariat public-privé pour les finances publiques. Le Front de Gauche s’est inquiété que l’exécutif soit seul décisionnaire sur ces partenariats.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous